Étiquettes

, , , , , ,

La première phrase

« C’est une vérité universellement reconnue qu’un célibataire pourvu d’une belle fortune doit avoir envie de se marier, et, si peu que l’on sache de son sentiment à cet égard, lorsqu’il arrive dans une nouvelle résidence, cette idée est si bien fixée dans l’esprit de ses voisins qu’ils le considèrent sur-le-champ comme la propriété légitime de l’une ou l’autre de leurs filles. « 

Circonstances de lecture

Lu dans le RER et le métro entre le 02 et le 12 janvier 2012. J’ai eu très envie de relire ce livre après avoir vu le film de Joe Wright de 2006 avec Keira Knightley et Matthew McFadyen dans les rôles d’Elizabeth et Darcy. Une version très fidèle au livre.

Impressions

Des dialogues savoureux, de la galanterie à souhait, des personnages drôles et touchants. Je ne me suis pas ennuyée un seul instant à relire ce classique de Jane Austen, moi qui lis généralement très peu de classiques.

Un passage parmi d’autres

– Arrivez ici, mademoiselle, lui cria son père dès qu’elle parut. Je vous ai envoyé chercher pour une affaire d’importance. Mr Collins, me dit-on, vous aurait demandée en mariage. Est-ce exact ?

– Très exact, répondit Elizabeth.

– Vous avez repoussé cette demande ?

– Oui, mon père.

– Fort bien. Votre mère insiste pour que vous l’acceptiez. C’est bien cela, Mrs. Bennet ?

– Parfaitement ; si elle s’obstine dans son refus, je ne la reverrai de ma vie.

– Ma pauvre enfant, vous voilà dans une cruelle alternative. A partir de ce jour, vous allez devenir étrangère à l’un de nous deux. Votre mère refuse de vous revoir si vous n’épousez pas Mr. Collins, et je vous défends de reparaître devant moi si vous l’épousez.

Elizabeth ne put s’empêcher de sourire à cette conclusion inattendue…

Orgueil et préjugés – Jane Austen – 1813 (parution anglais ) – 1932 (parution française)

Publicités