Les libraires gauchers de Londres – Garth Nix

Étiquettes

, , , , , , , , ,

Garth Nix - Les libraires gauchers de LondresLes premières phrases

«  Il était 5h42, au matin du 1er mai 1983, dans l’ouest de l’Angleterre, et un mince filet de soleil pointait au-dessus de la crête. Toutefois, il faisait encore frais et presque noir dans la vallée peu profonde, où un ruisseau limpide coulait en ligne droite puis décrivait un large coude vers la gauche avant un petit barrage, un kilomètre et demi en aval.

Un pont fait de trois planches enjambait le ruisseau près d’une ferme, prolongeant le sentier de l’autre côté et éloignant les promeneurs. Non que le sentier en question eût jamais été très fréquenté. Bizarrement, les flâneurs n’en trouvaient pas le départ, sous le vieux chêne planté au croisement, au niveau du hameau près du petit barrage.

Une jeune femme sortit de la ferme en bâillant, les yeux mi-clos, encore plus ou moins perdue dans un rêve qui lui avait paru bien réel. « 

Circonstances de lecture

Parce que cette idée de libraires ayant le permis de tuer me plaît beaucoup…

Impressions

Dans ce roman, les libraires ne font pas que conseiller et vendre des livres… Ils sont aussi les garants de l’équilibre entre la réalité et le monde magique, riche en créatures malveillantes. Attention donc à ne pas trop vous éloigner du Londres d’aujourd’hui, ne vous laissez pas piéger par des follets lors de la foire de mai, et surtout ne quittez pas la voie tellurique en pleine forêt ! Sinon vous pourriez bien courir de graves dangers, même si vous êtes aidé par un libraire gaucher et sa sœur droitière.

Une chose est sûre : après cette lecture, vous ne regarderez plus les libraires de la même façon… Car ils ont peut-être le permis de tuer !

J’ai beaucoup aimé l’ambiance de ce roman, qui n’a pas été sans me rappeler Harry Potter, l’humour omniprésent, et le pouvoir conféré aux libraires par Garth Nix. Seul bémol : la fin que j’ai trop trouvée trop rapide. C’est cependant une lecture Young Adult vraiment addictive, pour les amoureux des librairies, de Londres et d’Urban Fantasy.

Garth Nix – Les libraires gauchers de Londres  – Mai 2022 – Éditions Léha

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le livre du désert – Mo Hayder

Étiquettes

, , , , , , , ,

Mo Hayder - Le livre du désertLes premières phrases

«  Le voici, aux confins d’un désert immémorial, simple élément d’une file d’êtres humains qui traverse les dunes en silence. La chaleur, ardente, fait vibrer l’air, bien que la journée soit presque finie et que le soleil rejoigne l’horizon. Parfois, Spider ne se rappelle que ce lieu. Sa peau est encroûtée de sueur, sa langue enflée, ses pieds lui font mal mais il poursuit sa lente marche : la nuit approche, il n’a pas le choix. « 

Circonstances de lecture

Parce que ce petit lézard a attiré mon regard… 

Impressions

Je m’attendais à lire un polar, mais voilà que Mo Hayder propose ici un livre oscillant entre SF et Fantastique. Déçue ? Pas du tout, car « Le livre du désert » s’avère être un véritable page turner !

On y suit un groupe de 13 personnes – hommes, femmes, enfants – formant une famille improvisée mais très soudée (on s’y attache énormément), arpentant un désert infini afin d’y trouver le « Sarkpoint », mystérieux objectif de leur présence dans ce « Cirque » composé de dunes et de villes abandonnées ensevelies sous le sable. Qui sont-ils ? Pourquoi sont-ils là ? Qu’est-ce que représente leur quête ? Est-ce un jeu ? Est-ce un futur post-apocalyptique ? Et quel est donc leur lien avec McKenzie, cette jeune lycéenne dont on suit le quotidien en parallèle du leur, une adolescente habitant en Virginie, obsédée par le désert, la météo et victime d’hallucinations ?

Premier volet d’une duologie posthume de l’autrice Mo Hayder, « Le livre du désert » m’a envoûtée. Je n’arrivais plus à arrêter ma lecture. C’est une lecture idéale pour cet été, à dévorer assis sur le sable avec un verre d’eau glacée à portée de main. Vivement la suite ! Vous l’aurez compris, c’est un gros coup de cœur !

Mo Hayder – Le livre du désert  – Mai 2022 – Les Presses de la Cité

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le code Twyford – Janice Hallett

Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Janice Hallett - Le code TwyfordLes premières phrases

«  Cher Professeur Mansfield,

J’enquête sur une affaire mystérieuse au sujet de laquelle vous devriez pouvoir m’aider. Je vous explique.

Un iPhone 4 a été découvert parmi un certain nombre d’objets appartenant à une personne récemment portée disparue. Il n’est lié à aucun réseau de téléphonie mobile et a d’abord semblé vide, sans historique d’appels, sans musique, e-mails, SMS et photographies. Un examen plus approfondi a révélé qu’il contenait une série de fichiers audio effacés : des messages vocaux en divers formats cryptés, datant de 2019, enregistrés sur une période de douze semaines. Ces fichiers ont été récupérés et déchiffrés.

Il y en a deux cents au total. « 

Circonstances de lecture

Parce que ce titre m’intriguait.

Impressions

Plus qu’un thriller, c’est une expérience de lecture que nous propose ici Janice Hallett. A tel point qu’une fois le livre terminé, on est très tenté de le reprendre depuis le début !

Si le style peut dérouter au départ (il s’agit de retranscriptions écrites de fichiers audios enregistrés par un ex-taulard ne sachant ni lire ni écrire), on s’y habitue assez vite. Et surtout, tout prend sens au fur et à mesure… pour mieux nous bluffer dans les dernières pages.

Suivez donc le périple de Steven Smith à la recherche d’un code caché dans une série de livres pour enfants. Un roman à énigmes très intelligent, pour les nostalgiques du Club des Cinq, et les adeptes des acrostiches, des anagrammes et des codes secrets.

Janice Hallett – Le code Twyford  – Mai 2022 – Denoël Sueurs Froides

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Blackwater – Michael McDowell

Étiquettes

, , , , , , , ,

Michael McDowell - Blackwater - La CrueLes premières phrases

«  A l’aube du dimanche de Pâques 1919, le ciel au-dessus de Perdido avait beau être dégagé et rose pâle, il ne se reflétait pas dans les eaux bourbeuses qui noyaient la ville depuis une semaine. Immense et rouge orange, le soleil rasait la forêt de pins accolée à ce qui avait été Baptist Bottom, le quartier où les Noirs affranchis s’étaient installés en 1895, et où leurs enfants et petits-enfants vivaient encore. Désormais, s’étendait à perte de vue un magma fangeux de planches, de branches d’arbres et de carcasses d’animaux. « 

Circonstances de lecture

Parce que je ne pouvais pas passer à côté de cette saga phénomène ! 

Impressions

Monsieur Toussaint Louverture frappe fort en publiant cette saga familiale telle un feuilleton, à raison d’un tome tous les quinze jours, d’avril à juin.

En situant son histoire en Alabama, dans une petite ville en proie à une inondation, Michael McDowell nous immerge d’emblée dans la vie tourmentée de la famille Caskey. D’autant que la crue est l’occasion pour une jeune femme étrange, Elinor Dammert, de surgir de nulle part pour s’immiscer dans la famille. 

Un livre coup de cœur qui devrait plaire aussi bien aux fans de sagas familiales qu’à ceux de romans fantastiques. Car Michael McDowell distille des clins d’œil discrets du côté du surnaturel. Une lecture addictive !

Michael McDowell – Blackwater  – Avril 2022 – Monsieur Toussaint Louverture

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le Chant des Géants – David Bry

Étiquettes

, , , , , ,

David Bry - Le Chant des GéantsLes premières phrases

«  Entrez, entrez.

Asseyez-vous, n’ayez pas peur. Il reste de la place, là, au fond, près de la cheminée.

Oui. C’est bien. Très bien. Commandez des bières, des pommes braisées, ce que vous voudrez, mais faites vite. Vous autres, dans la paille, rapprochez-vous ; calez-vous contre les murs, les tonneaux, les pieds des tables.

Voilà…

Le feu ronfle, les bûches craquent. La nuit est tombée. Les marmites sont vidées.

Laissez-vous aller. Fermez les yeux. Juste un peu.

Et écoutez-moi. « 

Circonstances de lecture

Parce que c’est David Bry !

Impressions

Pénétrez sur l’île d’Oestant, cette contrée rêvée par trois Géants. Suivez-y le destin de deux frères, Ianto, l’aîné voué à devenir roi, et Bran, le cadet, coureur de jupons et musicien bon vivant, alors qu’une brume noire comme la nuit commence à envahir l’île, et qu’une guerre approche…

David Bry nous délivre un grand roman de fantasy digne d’une tragédie grecque. Les pages se dévorent, entre mystères, manigances, scènes de batailles et histoire d’amour.

On vibre aux côtés des héros de cette histoire, on rit avec eux, on pleure aussi. Jusqu’à une fin belle et poétique. Le tout servi par une très belle plume. Un régal de lecture.

 

« Vous croyez que la magie est un pouvoir. Vous autres ne pensez d’ailleurs qu’à ça, le pouvoir. Mais la magie c’est autre chose. C’est faire partie du monde, l’inspirer, le transformer, de mille manières. Par nos actes. Par nos combats. Par nos rêves. (…) La magie, c’est parler à l’oreille de géants endormis. »

 

David Bry – Le Chant des Géants  – Mai 2022 – L’Homme Sans Nom

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Je suis le rêve des autres – Christian Chavassieux

Étiquettes

, , , , , , , , ,

Christian Chavassieux - Je suis le rêve des autresLes premières phrases

«  Tous nos rêves ne se manifestent pas avec la même force. Les plus marquants se révèlent souvent aux portes du jour, et bouleversent l’âme au point qu’il semble vital de les partager. Celui que fit l’enfant était de cette nature. Agréable, solaire, il le déposa aux marges du réveil en lui laissant une impression durable d’intense bonheur. Ses parents, à qui il se confia d’abord, en furent assez éblouis pour y voir un signe. Ce qui augmenta leur intérêt, c’était le visage éclairé de leur petit, son sourire habité par une joie inexprimable. Quelque chose d’extraordinaire venait de se passer. »

Circonstances de lecture

Parce que j’aime beaucoup cette maison d’édition…

Impressions

« Qu’as-tu appris aujourd’hui ?

Que les langues qu’on ne comprend pas n’en sont pas moins belles ».

Une petit pépite ! D’une écriture pleine de poésie, Christian Chavassieux relate le voyage d’un petit garçon, Malou, et d’un vieil homme, Foladj, en route pour Beniata. Là, les sages pourront dire si Malou est un « réliant », un messager des esprits.

Entre conte initiatique et philosophique, récit de voyage et d’apprentissage, « Je suis le rêve des autres » est un livre unique. Les liens qui se tissent entre Malou et Foladj sont d’une justesse et d’une tendresse qui remuent le cœur. On referme ces pages en espérant que l’auteur souhaite lui aussi poursuivre le voyage et nous donner une suite pour en savoir plus sur le vieux peuple et pour pouvoir nous rasseoir au coin du feu, entre Malou et Foladj.

Christian Chavassieux – Je suis le rêve des autres  – Mars 2022 – Mu

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La Princesse au visage de nuit – David Bry

Étiquettes

, , , , , , , ,

David Bry - La princesse au visage de nuitLes premières phrases

«  C’était un orage d’été.

Des éclairs zébraient le ciel, illuminaient la forêt avant de la replonger dans l’obscurité ; le tonnerre résonnait dans la vallée comme hurlé d’un énorme monstre noir caché derrière les nuages.

La pluie battait le pare-brise de la voiture, assourdissant l’habitacle jauni de cigarette. L’homme aux cheveux gris et sa passagère n’en semblaient pas gênés. Ils ne parlaient pas, n’écoutaient pas la nuit gronder. Ils se contentaient de fixer la route d’un air absent. »

Circonstances de lecture

Parce que j’avais ce roman depuis bien trop longtemps dans ma PAL…

Impressions

« Les cicatrices ne s’effacent pas. On doit juste essayer de vivre avec. »

David Bry signe un livre plein d’émotions, sur la perte de l’innocence de l’enfance, les blessures qui ont du mal à cicatriser, et sur la place de l’amitié.

Entre thriller et conte fantastique, « La Princesse au visage de nuit » fait partie de ces livres – rares – que l’on s’empresse de dévorer tout en sachant qu’ils resteront encore longtemps dans notre cœur. Je dois avouer que cette histoire m’a beaucoup émue et que j’ai versé ma petite larme.

David Bry – La Princesse au visage de nuit  – Octobre 2020 – L’Homme Sans Nom

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les Oubliés de l’Amas – Floriane Soulas

Étiquettes

, , , , , , , , ,

Floriane Soulas - Les Oubliés de l'AmasLes premières phrases

«  Kat laissa le cargo s’éloigner dans son dos sans un regard. Elle s’arrima à la livraison qu’il abandonnait derrière lui. L’ébranlement de la carcasse métallique sous ses pieds l’absorbait complètement. Accroupie, tenaillée par l’angoisse, elle guettait les vibrations indiquant que la structure pouvait céder. Kat resserra sa prise sur la poignée abîmée qui lui servait d’amarre et entreprit de grimper sur le toit. La décharge s’étalait sur des dizaines de kilomètres et il leur fallait encore déplacer cette nouvelle épave dans la bonne section. »

Circonstances de lecture

Parce que j’avais fait dédicacer ce roman aux Imaginales en octobre dernier…

Impressions

Floriane Soulas s’essaie ici au space-opera et c’est une véritable réussite.

Seule une planète, Jupiter, résiste encore à la colonisation humaine. A proximité, gravite l’amas, une décharge gigantesque sur laquelle s’est rendue Kat, une ancienne scientifique, pour retrouver son frère disparu, obnubilé depuis tout petit par la conquête de Jupiter. 

Ce pavé se dévore. On y suit des personnages attachants et complexes et les thématiques abordées sont vastes et particulièrement bien traitées (les IA, la solitude, les liens fraternels…). Quant aux scènes de courses spatiales, elles sont captivantes ! Floriane Soulas nous emmène de surprise en surprise, nous faisant passer par tout un panel d’émotions et de genres (huis-clos, conquête spatiale, fantastique…) tout en nous immergeant dans un monde abouti dans lequel on aimerait aussi se perdre.

A conseiller aussi bien aux adultes fans de SF qu’aux ados.

Floriane Soulas – Les Oubliés de l’Amas -Octobre 2021 – ScrineoSF

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Widjigo – Estelle Faye

Étiquettes

, , , , , , ,

Estelle Faye - WidjigoLes premières phrases

«  A chaque pas, la vase accrochait les semelles cloutées des Bleus, qui devaient libérer leurs pieds de son étreinte, dans un concert de chuintements liquides évoquant des sanglots. Avec la marée descendante, la côté empestait l’algue et la pourriture, en accord avec ce printemps malade où la jeune Révolution s’enlisait dans la guerre civile et le sang. Au-delà des écueils laissés à découvert, l’océan moutonnait, fouetté par le noroît. Le vent gerçait les lèvres des hommes et portait les embruns jusque sur la colonne de soldats. A l’horizon, une barre de nuages d’encre tranchait entre le gris des vagues et celui du ciel. Une tempête approchait.

A la tête des soldats de la République, Jean Verdier, un lieutenant de vingt ans à peine, qui avant la levée en masse n’avait jamais quitté Paris, releva la pointe de son bicorne et examina le donjon. »

Circonstances de lecture

Parce que c’est Estelle Faye.

Impressions

Justinien de Salers est le seul survivant d’une expédition sur l’île de Terre-Neuve. Que s’y est-il passé ? Pourquoi est-il revenu défiguré ? Est-ce le fait d’un animal sauvage, d’un monstre, de forces occultes, d’esprits, ou d’êtres humains ? Qu’est-il arrivé à ses compagnons ? Cette histoire, il va la raconter à Jean Verdier, jeune lieutenant venu pour l’arrêter.

Voici une histoire glaçante et passionnante, superbement écrite par Estelle Faye. Grâce à son écriture ciselée, on ressent tout, la dureté de l’hiver, le souffle glacial du vent, le tissu rêche des vêtements, le goût de sel sur les lèvres, l’odeur du sang… J’ai été happée par « Widjigo », qui maintient le suspens jusqu’aux toutes dernières pages. Un grand bravo pour ce roman fantastique !

Estelle Faye – Widjigo – Octobre 2021 – Albin Michel Imaginaire

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Zephyr, Alabama – Robert McCammon

Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Robert McCammon - Zephyr, AlabamaLes premières phrases

«  J’aimerais vous dire deux ou trois choses, avant que notre aventure ne commence.

J’ai vécu tout ceci. C’est l’inconvénient quand on raconte les histoires à la première personne. Le lecteur sait que le narrateur a survécu. Alors, quoi qu’il puisse m’arriver – quoi qu’il me soit arrivé -, vous savez que je m’en suis sorti. Transformé par l’expérience, peut-être. Pour le meilleur, ou pour le pire ? Je vous laisse en juger. »

Circonstances de lecture

Parce que cette couverture…

Impressions

Lisez ce superbe roman et vous retomberez immanquablement en enfance, aux côtés de Cory, ce petit garçon habitant dans une ville de l’Alabama, peuplée de personnages à la fois ordinaires et étranges, hantée par des esprits et des créatures mystérieuses.

Voici un livre doudou duquel on n’aimerait ne jamais ressortir. Une ode à l’enfance, à la liberté et au réalisme magique, qui vous fera aussi frissonner de peur.

On oscille entre enquête policière (car tout commence par un meurtre horrible), roman initiatique et conte fantastique. L’ombre de Stephen King n’est pas loin… Il faut dire que Robert McCammon est connu pour ses romans d’horreur.

Une lecture magique et envoûtante, tout simplement merveilleuse.

Robert McCammon – Zephyr, Alabama – Février 2022 – Monsieur Toussaint Laventure

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer