The Priory of the Orange Tree

Étiquettes

, , , , , , , , ,

Les premières phrases

«  The stranger came out of the sea like a water ghost, barefoot and wearing the scars of his journey. He walked as if drunk through the haze of mist that clung like spidersilk to Seiiki.

The stories of old said water ghosts were doomed to live in silence. That their tongues had shrivelled, along with their skin, and that all that dressed their bones was seaweed. That they would lurk in the shallows, waiting to drag the unwary to the heart ot the Abyss.

Tané had not feared those tales since she was a small child. Now her dagger gleamed before her, its curve like a smile, and she fixed her gaze on the figure in the night. »

Circonstances de lecture

Parce que ce pavé m’attendait depuis un bon moment sur mes étagères !

Impressions

Voici un livre de Fantasy idéal pour s’évader ! Un roman dans la lignée de « Game of Thrones », faisant la part belle aux personnages féminins, qu’elles soient reines, dragonnières ou sorcières. Avec, en prime, un bestiaire varié, des vouivres aux dragons en passant par les aigles des sables. Ce pavé de quelque 800 pages (en VO) se lit avec plaisir. J’ai adoré découvrir le monde imaginé par Samantha Shannon, m’imprégner des légendes et mythes de son univers. Et en plus, c’est un one-shot ! Gros coup de cœur Fantasy !

Samantha Shannon – The Priory of the Orange Tree – 2019 – Bloomsbury (De Saxus pour la vf)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

After – Auriane Velten

Étiquettes

, , , , , , ,

Auriane Velten - AfterLes premières phrases

«  Illes sont tétanisés, cloués sur place, bras et jambes rectilignes, torses immobiles : seules leurs lèvres bougent, dans une discussions sans saveur. Mais pas inintéressante à analyser.

La nouveauté leur fait toujours cet effet. Comme illes se sentent en danger, illes se retranchent derrière le Dogme. Et leur volonté de Le respecter – ou peut-être leur crainte de L’enfreindre ? – est si forte qu’elle les empêche d’émettre une idée nouvelle, alors même que leur problème est justement de savoir comment Le respecter. Mais je ne peux pas leur expliquer tout cela, car ce serait aussi une infraction au Dogme. »

Circonstances de lecture

Parce que cette couverture est tellement belle !

Impressions

Après un mystérieux cataclysme, un petit groupe d’êtres humains vit depuis des années à l’ombre d’un baobab. Leur vie quotidienne paisible suit les principes du Dogme, centré notamment sur l’égalité, la modestie et l’altruisme. Ils ne connaissent rien de leur passé, jusqu’à ce que deux membres soient envoyés dans les « terres renoncées » pour tenter de comprendre pourquoi ils ont été créés et ce qui a pu arriver à leurs ancêtres.

Si l’écriture inclusive m’a perturbée dans les premières pages, j’ai ensuite réussi à en faire abstraction, d’autant plus que ce choix stylistique a un réel sens narratif, la neutralité étant de mise parmi cette communauté de survivants.

« After » offre au final une réflexion intéressante sur le sens de la vie et la définition de l’humanité. Une histoire prenante qui offre de multiples surprises et nous fait réfléchir sur notre propre humanité et sur les vertus – et les effets pervers – de la curiosité et de la créativité. Pour un premier roman, c’est une vraie réussite ! 

Auriane Velten – After – avril 2021 – Mnémos

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les oiseaux du temps – Amal El-Mohtar & Max Gladstone

Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Les premières phrases

«  Quand Rouge gagne, il ne reste qu’elle.

Le sang nappe ses cheveux. Elle exhale de la vapeur dans la dernière nuit de ce monde mourant.

C’était amusant, songe-t-elle, mais cette pensée la gêne aux entournures. C’était propre, au moins. Remonter les fils du temps vers le passé pour s’assurer que personne ne survivrait à cette bataille et ne contrarierait les futurs prévus par son Agence – des futurs dans lesquels l’Agence règne, dans lesquels Rouge elle-même est possible. Elle est venue nouer ce brin d’histoire et le brûler jusqu’à ce qu’il fonde. »

Circonstances de lecture

Parce que depuis la sortie de Walter Kurtz était à pied, je suis très intéressée par les publications des éditions Mu.

Impressions

« Les oiseaux du temps » se lit comme une correspondance multi-temporelle entre deux ennemies. On ne comprend pas tout dans ce roman de SF, les temporalités s’emmêlent, mais on s’en moque, tant les lettres entre ces deux guerrières, Bleu et Rouge, de deux camps opposés, sont belles ! Rouge et Bleu se défient l’une l’autre. La mission de ces combattantes ? Modifier le cours des événements, au gré de voyages le long des fils du temps. Leurs lettres se lisent comme des caresses, tandis qu’autour d’elles le sang et la mort dominent. Voici un roman de SF – écrit à quatre mains (et traduit par Julien Bétan) – d’une poésie folle. Juste génial ! A lire et à relire, pour goûter de nouveau au plaisir de ces mots échangés si beaux.

Amal El-Mohtar & Max Gladstone – Les oiseaux du temps – mai 2021 – Mu

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les Somnambules – Chuck Wendig

Étiquettes

, , , , , ,

Les premières phrases

«  La femme qui a découvert la comète, Yumiko Sakamoto, vingt-huit ans, était une astronome amateure de la ville de Kurashiki, dans la préfecture d’Okayama. Elle l’a repérée par hasard, alors qu’elle était en train de chercher une autre comète qui devait entrer en collision avec Jupiter.

Yumiko Sakamoto a expliqué que cette découverte avait changé sa vie. Dans une interview accordée au Asahi Shimbun, elle a déclaré : « Jusqu’à maintenant, j’étais beaucoup trop focalisée sur les choses matérielles : avoir un bon métier, trouver un bon mari ; mais j’ai aujourd’hui fait le choix de renoncer à ces quêtes superficielles que sont celles de l’amour et d’une carrière professionnelle. Je vais reprendre mes études et en apprendre davantage sur notre monde et le cosmos qui l’entoure. Pas pour gagner de l’argent, mais parce que la quête de connaissances est par nature quelque chose de noble.

Elle a également annoncé qu’elle rejoignait la communauté asexuelle et aromantique japonaise. Elle estimait que le monde était déjà « surpeuplé » et n’avait pas besoin qu’elle contribue à en alourdir le « fardeau ». »

Circonstances de lecture

Parce que ce titre, et cette couverture, m’attiraient beaucoup.

Impressions

Ce pavé de 1165 pages vous fera traverser une partie des États-Unis, dans les pas de somnambules, des hommes et des femmes qui, du jour au lendemain, se mettent à tracer la route, le regard vide mais le pas assuré.

Vous aimez le post-apo, les histoires de pandémie, les road-trips, les réflexions sur les intelligences artificielles, le changement climatique, ou encore sur les maux qui rongent nos sociétés ? Alors ce pavé est fait pour vous ! Malgré quelques longueurs et une fin plutôt attendue à mon goût, ce livre de SF captive de bout en bout. Idéal pour ceux ayant lu peu de SF. Une vision réaliste et glaçante de notre futur ?

Chuck Wendig – Les Somnambules – mars 2021 – Sonatine

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Un souvenir nommé Empire – Arkady Martine

Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Les premières phrases

«  Dans Teixcalaan, deux choses n’ont pas de fin : les cartes du ciel et les débarquements.

Voyez l’ensemble de l’espace teixcalaanli flotter en hologramme au-dessus de la table stratégique du vaisseau de guerre Moisson rouge de l’Ascension qui, à cinq portails de saut et deux semaines de voyage infraluminique de la planète-capitale de Teixcalaan, s’apprête à rebrousser chemin pour rentrer au bercail. Cet hologramme est une représentation cartographique de la sérénité : toutes ces petites lumières scintillantes sont des systèmes planétaires, et tous nous appartiennent. « 

Circonstances de lecture

Parce que cette collection – Nouveaux Millénaires – publie toujours de très bons romans de SF.

Impressions

Ce livre de SF devrait plaire à tous les fans d’Asimov et de son cycle Fondation. Diplomatie, négociations, grandeur et chute d’un empire sont au cœur de l’intrigue. Couplez à cela une technologie capable de renfermer la mémoire des morts dans une puce nichée au creux de votre crâne, et vous obtenez le début d’un grand cycle de SF. A dévorer, avant d’attendre la suite avec impatience… Gros coup de cœur !

Arkady Martine – Un souvenir nommé Empire – Mars 2021 – Nouveaux Millénaires

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Kerozene – Adeline Dieudonné

Étiquettes

, , , , , ,

Les premières phrases

«  23h12. Une station-service le long de l’autoroute, une nuit d’été. Si on compte le cheval mais qu’on exclut le cadavre, quatorze personnes sont présentes à cette heure précise. « 

Circonstances de lecture

Parce que j’avais beaucoup aimé le premier roman d’Adeline Dieudonné, La vraie vie.

Impressions

Le deuxième roman d’Adeline Dieudonné sent le bitume, l’essence, la sueur, le gel désinfectant, les feuilles mortes, le sexe, le prosecco, les chips et le sang. Elle dresse ici une galerie de personnages qui nous font passer du rire aux larmes, de la monotonie de la vie à la stupeur. On s’esclaffe, surpris par le cours de leurs pensées et des événements. Un livre totalement déjanté, horriblement drôle, oscillant entre comédie et drame sanglant. Attention, après l’avoir lu, vous ne verrez plus les dauphins de la même façon…

Adeline Dieudonné – Kerozene – avril 2021 – L’iconoclaste

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Huit crimes parfaits – Peter Swanson

Étiquettes

, , , , , , , ,

Les premières phrases

«  La porte d’entrée s’ouvrit et j’entendis l’agente du FBI taper ses pieds sur le paillasson. La neige commençait juste à tomber et une rafale d’air lourd s’engouffra à l’intérieur du magasin. La porte se referma derrière l’employée fédérale. Elle devait être à deux pas lorsqu’elle m’avait appelé car cela ne faisait pas plus de cinq minutes que j’avais accepté de la rencontrer.

J’étais seul dans la librairie. Je ne sais plus très bien pourquoi j’avais décidé d’ouvrir ce matin-là. Une tempête était annoncée et on attendait soixante centimètres de neige d’ici au lendemain après-midi. « 

Circonstances de lecture

Parce que ce roman policier me faisait de l’œil….

Impressions

Amoureux des librairies, des romans policiers, d’Agatha Christie, de Donna Tartt ou encore de Patricia Highsmith, ce livre est fait pour vous. Son héros, Malcom, a un jour dressé une liste de crimes parfaits de la littérature policière sur le blog de sa librairie. Mais voilà qu’un jour un tueur semble s’inspirer de cette liste pour commettre des meurtres, bien réels ceux-ci…

Un polar assez classique, mais que vous n’arriverez pas à lâcher ! Au fil des pages, l’auteur nous conduit de surprise en surprise. Un bel hommage aux polars et à ses auteurs emblématiques. De quoi donner envie de relire tous les Agatha Christie !

Peter Swanson – Huit crimes parfaits – février 2021 – Gallmeister

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Eurydice déchaînée – Melchior Ascaride

Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Les premières phrases

«  Pourquoi avoir tourné les yeux ? Pourquoi avoir regardé par-dessus ton épaule quand nous touchions au but ? Il suffisait d’un peu de patience encore. Dix pas ? Vingt, tout au plus. Et voilà que tu scelles à jamais notre destin d’une brève œillade ! Tu savais pourtant. Tu savais que cela nous serait fatal. Tout ce chemin parcouru, tous ces obstacles surmontés par nul homme auparavant, pour que mes espoirs volent en éclats devant l’entrée de cette immonde caverne. « 

Circonstances de lecture

Parce que j’aime beaucoup la collection Bibliothèque Dessinée des Moutons électriques.

Impressions

Melchior Ascaride propose ici un livre (illustré) sur la vengeance à travers la réécriture du mythe d’Orphée et d’Eurydice. Mais cette fois-ci, c’est Eurydice l’héroïne. Et Eurydice en veut terriblement à son époux de s’être retourné si près du but. Elle compte bien briser les chaînes de l’injustice, sortir des enfers et se venger. A travers elle, Melchior Ascaride entend donner la parole à toutes les femmes bafouées de la mythologie grecque. Un tour de force ! A lire à voix haute et le poing levé !

Melchior Ascaride – Eurydice déchaînée – Mars 2021 – Les moutons électriques

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La dixième muse – Alexandra Koszelyk

Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Les premières phrases

«  C’est là, ça serpente, caché de tous, sous nos pieds, à l’image de ces millions de fourmis qui peuplent les forêts, ça monte lentement, en silence, comme ces chants que personne n’entend, les feuilles se gorgent puis éclatent comme un feu d’artifice qui prendrait tout son temps. Fil ténu relié au reste du monde qui monte en cadence jusqu’à l’explosion finale. Bientôt, les feuilles bordent l’allée de leurs verts flamboyants et forment une arche protectrice. 

Alors seulement on la voit, on prend conscience de son éclat. « 

Circonstances de lecture

Parce que j’avais beaucoup aimé le premier roman de cette auteur, A crier dans les ruines.

Impressions

Pour ce deuxième roman, Alexandra Koszelyk nous propose un voyage onirique et fantastique sur les traces de Guillaume Apollinaire et des femmes qu’il a aimées et qui lui ont inspiré ses plus beaux poèmes. Grâce à la magie cachée dans un morceau de bois, son héros, Florent, revit des bribes de la vie du grand poète. Une belle échappée, où la nature occupe une place de choix. Une lecture qui donne envie de relire de la poésie, aussi.

Alexandra Koszelyk – La dixième muse – Janvier 2021 – Aux Forges de Vulcain

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

The Bone Season – Samantha Shannon

Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

Les premières phrases

«  J’aime à croire que nous étions initialement plus nombreux. Pas des milliards, mais plus qu’aujourd’hui.

Nous sommes la minorité que l’humanité refuse d’accepter. Au moins dans le cadre de la réalité, mais même l’imagination est sujette à restrictions. Nous ressemblons à tout le monde. Parfois, nous nous comportons comme tout le monde. Par bien des manières, nous sommes comme tout le mode. Nous sommes partout, dans chaque rue. Nous vivons d’une façon que vous pourriez juger normale, à condition de ne pas y regarder de trop près.

Nous ne savons pas tous ce que nous sommes. Certains d’entre nous meurent sans jamais l’apprendre. D’autres le découvrent, et ne se font jamais attraper. Mais nous sommes là.

Croyez-moi. « 

Circonstances de lecture

Parce que ce livre des éditions De Saxus me faisait très très envie !

Impressions

Après Nevernight de Jay Kristoff, voici le second roman que je lis des éditions De Saxus. Et je dois dire que je suis conquise. J’ai dévoré The Bone Season, et même si j’ai été un petit peu déçue par la fin (trop précipitée à mon goût), j’ai beaucoup aimé cette lecture. On est plongé dans un monde totalitaire où les anormaux – entendez par là des personnes dotées de dons de voyance de différents niveaux – sont traqués. Paige est une clairvoyante, une « Marcherêve ». Et à ce titre, elle se retrouve emprisonnée dans la ville d’Oxford, sous l’emprise d’êtres mystérieux, les Réphaïm. Je n’en dirais pas plus pour ne pas vous gâcher la découverte de ce roman. Sachez juste que si vous aimez la SF, la Fantasy et les héroïnes au caractère bien trempé, vous devriez aimer ce page-turner. Attention, cependant, sept tomes sont prévus !

Samantha Shannon – The Bone Season – Novembre 2020 (De Saxus)

Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer