Mots-clés

, , , ,

Les premières phrases

Didier van Cauwelaert - La femme de nos vies«  On n’attend plus rien de la vie, et soudain tout recommence. Le temps s’arrête, le cœur s’emballe, la passion refait surface et l’urgence efface tout le reste. Il a suffi d’une alerte sur mon ordinateur pour que, dès le lendemain, je me retrouve à six mille kilomètres de chez moi, l’année de mes quatorze ans. L’année où je suis mort. L’année où je suis né. 

*

Peu de choses ont changé à Hadamar. C’est resté une charmante bourgade du bassin de Limburg, entourée de forêts, avec un centre-ville à colombages et un jardin public réputé pour ses roses. L’hôpital psychiatrique est toujours en activité. Simplement repeint dans des tons plus pastel, avec un mémorial et des panneaux pour touristes. La « nouvelle salle de douche », comme on nous disait à l’époque, est devenue un musée.

C’est la première fois que je remets les pieds en Allemagne. Retrouver ici, à l’endroit même de notre rencontre, la femme que j’ai cherchée en vain toute ma vie, comment serait-ce le fruit d’une coïncidence ? Ironie subsidiaire, la chambre 313 est à l’étage où se trouvait jadis mon dortoir. »

Circonstances de lecture

Parce que c’est Didier van Cauwelaert… Un livre dévoré en quelques jours.

Impressions

Didier van Cauwelaert nous raconte ici une histoire bouleversante nous ramenant pendant la 2nde guerre mondiale en Allemagne sur les pas d’un jeune garçon de 14 ans, que ses parents prennent pour un simple d’esprit. Il aurait dû mourir mais il survit grâce au choix de son unique ami, un petit génie,  de le laisser vivre à sa place. Grâce au choix de son ami et à Ilsa Schaffner, le petit gardien de vaches deviendra plus tard le bras droit de plusieurs prix Nobel. Un grand roman autour du nazisme et de la solution finale décrétée pour les handicapés, mais aussi de l’amour adolescent et du sens de la vie. A lire sans hésiter ! Un des meilleurs livres de Didier van Cauwelaert.

Un passage parmi d’autres

 Je m’étais fait un ami, dans le dortoir des moins de quinze ans. B 48. Le premier ami de ma vie qui ne fût pas un veau. Moi, j’étais B 46 – notre numéro de lit nous servait de matricule. Je l’avais repéré parce qu’il était aussi solitaire et silencieux que moi, avec une chose en plus : un livre. Il ne le quittait pas. il le relisait tout le temps. Il y prenait des notes. Le titre me faisait rêver : Le Secret des Atomes. J’imaginais une civilisation disparue, comme les Atlantes, les Amazones, les Nibelungen ou les Walkyries dont ma sœur me racontait naguère les exploits fabuleux.

B 48 ne desserrait pas les dents, en dehors de ses crises d’épilepsie, mais c’est le premier humain avec qui j’avais envie de lier connaissance, pour lui demander de me prêter son livre. La nuit, à voix basse, je lui racontais mes veaux, ma sœur, mon école, le sauvetage de Sonntag – les rares choses de ma vie qui méritaient d’être dites, et il m’écoutait avec une attention extrême. Je n’oublierai jamais la première fois que j’ai entendu sa voix. Un murmure égal, précis, rapide :

– Pourquoi tu as sauvé ce veau-là et pas un autre ?

J’ai réfléchi. En fait, je ne m’étais jamais interrogé sur les raisons de mon acte. Pourquoi on respire, pourquoi on éternue quand il fait froid? Mais il avait raison de me poser la question. En y repensant, j’ai découvert que je n’avais pas agi sur un coup de folie, comme les gens croyaient. J’ai fini par dire :

– Je l’avais mis au monde : je ne pouvais pas le tuer.

– Pourquoi ?

Là, je n’ai pas eu besoin de me creuser, la réponse a jailli toute seule :

– Il n’aurait pas compris.

B 48 s’est dressé sur un coude pour me scruter d’un air circonspect, à la lueur des veilleuses allumées en permanence pour éviter les hurlements de ceux qui avaient peur dans le noir. Et il m’a dit au bout de quelques instants :

– Tu n’es pas fou du tout. Tu as l’intelligence du cœur.

C’était la première fois qu’on me faisait un compliment. j’ai dit merci. Il a repris d’un air incrédule :

– Ils n’ont pas pu confondre, quand même…

Il semblait aussi consterné que moi que pour les médecins qui m’avaient examiné lors de l’internement. Afin de sceller notre amitié, j’ai dit que je m’appelais Jürgen.

– Moi, c’est David.

J’ai répondu que c’était un beau prénom. Il a nuancé par une petite moue, en regardant l’étoile jaune qui lui servait de marque-page. Je lui ai demandé s’il allait encore à l’école. Il a secoué lentement la tête, il a dit :

– Je suis marchand de glaces.

Ça me paraissait encore plus extraordinaire.

La femme de nos vies – Didier van Cauwelaert – 2013 (Albin Michel)

Publicités