Étiquettes

, , , , , ,

Anthony Doerr - La Cité des nuages et des oiseauxLes premières phrases

«  Une jeune fille de quatorze ans est assise en tailleur sur le sol d’une capsule circulaire. Une masse de cheveux bouclés auréole son visage ; ses chaussettes sont trouées de partout. C’est Konstance.

Derrière elle, dans un cylindre transparent qui s’élève sur cinq mètres de hauteur, se trouve une machine composée de milliards de fils dorés, donc aucun n’est plus épais qu’un cheveu humain. Chaque filament s’entrelace à des milliers d’autres pour former des écheveaux d’une extraordinaire complexité. De temps en temps, une pelote à la surface de la machine émet une lueur clignotante : tantôt ici, tantôt là. C’est Sybil.  » 

Circonstances de lecture

Parce que j’avais beaucoup aimé Toute la lumière que nous ne pouvons voir, du même auteur. .

Impressions

La Cité des nuages et des oiseaux est un livre monde de près de 700 pages que j’ai englouti en quelques jours, comme hypnotisée. A la fois récit mythologique, roman d’aventure, roman historique et de science-fiction, La Cité des nuages et des oiseaux nous fait voyager dans le temps et dans l’espace, de Constantinople à l’Idaho, sur les pas de cinq personnes unies par le même manuscrit de la Grèce antique. C’est un livre puzzle, une véritable odyssée que nous offre Anthony Doerr, sans jamais nous perdre. Une ode au pouvoir des mots, de l’imagination, et des livres qui peuvent changer des vies. Un chef d’œuvre d’une grande beauté, accessible à tous les lecteurs.

Anthony Doerr – La Cité des nuages et des oiseaux – Albin Michel – Septembre 2022 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicité