Mots-clefs

, , , ,

Jean-Paul Didierlaurent - Le Liseur du 6h27Les premières phrases

«  Certains naissent sourds, muets ou aveugles. D’autres poussent leur premier cri affublés d’un strabisme disgracieux, d’un bec de lièvre ou d’une vilaine tache de vin au milieu de la figure. Il arrive que d’autres encore viennent au monde avec un pied bot, voire un membre déjà mort avant même d’avoir vécu. Guylain Vignolles, lui, était entré dans la vie avec pour tout fardeau la contrepèterie malheureuse qu’offrait le mariage de son patronyme avec son prénom: Vilain Guignol, un mauvais jeu de mots qui avait retenti à ses oreilles dès ses premiers pas dans l’existence pour ne plus le quitter. 

Ses parents avaient ignoré les prénoms du calendrier des Postes de cette année 1976 pour porter leur choix sur ce « Guylain » venu de nulle part, sans même penser un seul instant aux conséquences désastreuses de leur acte. Étonnamment et bien que la curiosité fût souvent forte, il n’avait jamais osé demander le pourquoi de ce choix. Peur de mettre dans l’embarras peut-être. Peur aussi sûrement que la banalité de la réponse ne le laissât sur sa faim. Il se plaisait parfois à imaginer ce qu’aurait pu être sa vie s’il s’était prénommé Lucas, Xavier ou Hugo. Même un Ghislain aurait suffi à son bonheur. Ghislain Vignolles, un vrai nom dans lequel il aurait pu se construire, le corps et l’esprit bien à l’abri derrière quatre syllabes inoffensives. Au lieu de cela, il lui avait fallu traverser l’enfance avec, accrochée à ses basques, la contrepèterie assassine : Vilain Guignol. En trente-six ans d’existence, il avait fini par apprendre à se faire oublier, à devenir invisible pour ne plus déclencher les rires et les railleries qui ne manquaient pas de fuser dès lors qu’on l’avait repéré.  « 

Circonstances de lecture

Après avoir lu les bonnes critiques autour de ce premier roman et vu l’auteur à La Grande Librairie, je n’ai pas pu résister…

Impressions

« Le Liseur du 6h27 » nous plonge dans un univers proche de ceux de Jean-Pierre Jeunet et d’Anna Gavalda.

Guylain déteste son travail : le broyage des livres invendus. Pour celui qui adore les livres et qui aurait aimé travailler dans l’édition, c’est un supplice. Alors, pour se donner du courage, il lit tous les matins dans le RER de 6h27, à voix haute, les quelques pages qu’il a pu sauver la veille de la machine. Voilà l’idée de départ de ce très beau premier roman, qui se lit d’une traite, et où l’on prend plaisir à côtoyer des personnages hauts en couleurs, à l’instar d’un gardien d’usine amoureux du théâtre classique. C’est très drôle et émouvant tout à la fois. A lire pour le plaisir !

Un passage parmi d’autres

 « Tandis que le jour naissant venait s’écraser sur les vitres embuées, le texte s’écoulait de sa bouche en un long filet de syllabes, entrecoupé çà et là de silences dans lesquels s’engouffrait le bruit du train en marche. Pour tous les voyageurs présents dans la rame, il était le liseur, ce type étrange qui, tous les jours de la semaine, parcourait à haute et intelligible voix les quelques pages tirées de sa serviette. Il s’agissait de fragments de livres sans aucun rapport les uns avec les autres. Un extrait de recette de cuisine pouvait côtoyer la page 48 du dernier Goncourt, un paragraphe de roman policier succéder à une page de livre d’histoire. Peu importait le fond pour Guylain. Seul l’acte de lire revêtait de l’importance à ses yeux. Il débitait les textes avec une même application acharnée. Et à chaque fois, la magie opérait. Les mots en quittant ses lèvres emportaient avec eux un peu de cet écœurement qui l’étouffait à l’approche de l’usine.

Jean-Paul Didierlaurent – Le Liseur du 6h27 – 2014 (Au diable vauvert)

Publicités