Mots-clés

, , , , , , ,

Ian Manook - Les temps sauvagesLes premières phrases

«  Engoncée dans sa parka polaire, l’inspecteur Oyun essayait de comprendre l’empilement des choses. Elle s’était accroupie dans la neige qui crissait et s’était penchée pour mieux voir. Le froid lui tailladait les pupilles et l’air glacé lui griffait les sinus à chaque inspiration. C’était comme respirer des brisures de verre. Autour d’elle un autre terrible dzüüd vitrifiait la steppe immaculée. Pour la troisième année consécutive, le malheur blanc frappait le pays. De trop longs hivers polaires qui suivaient de trop courts étés caniculaires. Des blizzards de plusieurs jours à ne plus voir sa yourte, à se perdre pour mourir gelé debout à un mètre près. Puis des ciels bleus comme des laques percés d’un petit soleil blanc au-dessus d’un pays figé dans la glace. Oyun n’avait pas souvenir de tels dzüüd dans son enfance. Le premier dont elle se souvenait était celui de 2001. Un hiver si rude et si long que sept millions de bêtes étaient mortes à travers le pays. Elle gardait en mémoire l’image de ces milliers de nomades encore fiers et solides quelques mois plus tôt, venus s’échouer pour mendier et mourir en silence, transis, dans les égouts d’Oulan-Bator. Les hommes avaient perdu tous leurs chevaux, les femmes tous les yacks et toutes les chèvres, et les enfants tous les agneaux et jusqu’à leurs petits chiots. Cet hiver-là avait tué en Mongolie plus d’âmes que les avions des tours de Manhattan. »

Circonstances de lecture

Parce que j’avais beaucoup aimé « Yeruldelgger », premier volet de Ian Manook.

Impressions

Si vous avez aimé « Yeruldelgger », vous aimerez ce deuxième livre de Ian Manook. On y retrouve avec plaisir Yeruldelgger, ce flic rongé par un passé douloureux et par le désir de vengeance, mais aussi Solongo, Oyun et Gantulga. Sans oublier l’esprit des steppes, les moines Shaolin, et cette même confrontation entre Oulan-Bator, ville moderne ultra-polluée, et les contrées sauvages des steppes à perte de vue, où les nomades tentent de conserver leurs traditions et leur honneur.

Tout commence par la découverte de cadavres étranges… Puis par la mort d’une personne proche de Yeruldelgger. L’ombre de son beau-père, Erdenbat, n’est évidemment pas loin… L’enquête mènera Yeruldelgger et son équipe de la Mongolie à la France pour découvrir la vérité.

J’ai aimé ce livre, à l’exception des pages où l’histoire se déroule en France… Là, on s’y perd un peu et on est bien loin de ce qui fait le vrai charme de ce roman policier : le fait qu’il se passe dans les steppes enneigées d’Asie. Car Ian Manook décrit comme personne la rudesse et la beauté du paysage mongole. On ressent le froid mordant du vent, la douce chaleur du poêle sous la yourte, le goût du thé brûlant sur la langue, la puissance et la sagesse des loups. Vivement la suite!

Un passage parmi d’autres

 Il est le seul survivant de la tribu des Huns décimée par l’armée de l’empire Khan. Il a échappé à la mort enseveli sous tant de morts que leur poids l’a enfoncé dans la terre. Jusqu’à tomber dans les galeries obscures de la tanière des grands loups où la louve impérieuse l’a adopté. C’est d’elle qu’il a appris le hurlement de la meute et qu’il a fait de cette plainte un langage chanté devenu le chant long des Mongols. Le lien invisible qui le retient à la vie lumineuse, loin, très loin au-dessus des entrailles noires de la terre.

Il est le descendant de Borte-Tchino, le Loup Bleu, et il a grandi sur le dos d’un cheval. Il hurle depuis quatre ans dans les montagnes un chant céleste que sa mère louve a appris du vent et qui fait pleurer ses frères de meute. Il est l’homme enfoncé dans la terre par les guerriers morts et que le chant long tire depuis des éternités pour le remonter à la lumière. Pour retrouver le monde des hommes. Une princesse. Pour lui dire qui il est et enlever pour elle sa peau de loup et redevenir un homme. L’esprit soudain ensoleillé par la mélopée, il surgit enfin, déchire sa fourrure animale, et glisse ses épaules nues et tout son corps hors de sa dépouille de loup, jaillissant des entrailles de la terre pour s’éblouir de lumière.

Ian Manook –  Les temps sauvages – 2015 (Albin Michel)

Publicités