Étiquettes

, , , , , , ,

Olivier Bourdeaut - En attendant BojanglesLes premières phrases

«  Mon père m’avait dit qu’avant ma naissance, son métier c’était de chasser les mouches avec un harpon. Il m’avait montré le harpon et une mouche écrasée.

– J’ai arrêté car c’était très difficile et très mal payé, m’avait-il affirmé en rangeant son ancien matériel de travail dans un coffret laqué. Maintenant j’ouvre des garages, il faut beaucoup travailler mais c’est très bien payé.

A la rentrée des classes, lorsqu’aux premières heures on fait les présentations, j’avais parlé, non sans fierté, de ses métiers mais je m’étais fait gentiment gourmander et copieusement moquer.

– La vérité est mal payée, pour une fois qu’elle était drôle comme un mensonge, avais-je déploré.  »

Circonstances de lecture

Intriguée par le succès de ce livre.

Impressions

Je vais me répéter et vous allez penser que je n’ai que d’ÉNORMES coups de cœur en ce moment… mais c’est vrai : ce livre est juste merveilleux ! Et il mérite amplement tous les prix qu’il a récoltés.

Mettez-vous dans la peau d’un petit garçon, fruit de l’union de deux amoureux fous. Sa mère refuse de voir la réalité et préfère transformer le quotidien en une douce folie, fait de fêtes à répétition toujours plus grandioses, de danses endiablées sur l’air de Mr Bojangles de Nina Simone. Le père suit sa femme dans toutes ses idées folles. Pour un petit garçon, la vie avec eux n’est faite que d’aventures merveilleuses et de mensonges plus vrais que nature destinés à faire de leur vie une valse pleine de bonheur. Mais voilà, quand la folie douce se transforme en folie dure, la réalité refait cruellement surface…

Une lecture dont vous ne ressortirez pas indemne. A ne surtout pas rater !

Un passage parmi d’autres

 Elle s’énervait souvent, mais jamais longtemps, la voix de mon père était pour elle un bon calmant. Le reste du temps, elle s’extasiait sur tout, trouvait follement divertissant l’avancement du monde et l’accompagnait en sautillant gaiement. Elle ne me traitait ni en adulte, ni en enfant mais plutôt comme un personnage de roman. Un roman qu’elle aimait beaucoup et tendrement et dans lequel elle se plongeait à tout instant. Elle ne voulait entendre parler ni de tracas, ni de tristesse.

– Quand la réalité est banale et triste, inventez-moi une belle histoire, vous mentez si bien, ce serait dommage de nous en priver.

Alors je lui racontais ma journée imaginaire et elle tapait frénétiquement dans ses mains en gloussant :

– Quelle journée mon enfant adoré, quelle journée, je suis bien contente pour vous, vous avez dû bien vous amuser !

Puis elle me couvrait de baisers. Elle me picorait disait-elle, j’aimais beaucoup me faire picorer par elle. Chaque matin, après avoir reçu son prénom quotidien, elle me confiait un de ses gants en velours fraîchement parfumé pour que toute la journée sa main puisse me guider.

Olivier Bourdeaut – En attendant Bojangles – 2015 (Finitude)

Publicités