Étiquettes

, , , , , , , , ,

Lionel Duroy - L'absenteLes premières phrases

«  Il ne souffre plus, soudain. Il est bien. Il contemple les sombres vallonnements de la Meuse sous le ciel orageux de cette fin d’été et peut-être même sourit-il. Pour un peu, il s’arrêterait au bord de la nationale, il chercherait sa Traviata dans l’amoncellement de ses affaires et il glisserait le CD dans le lecteur. Il allumerait une cigarette. Où pouvait-elle être, sa Traviata ? Pendant que les déménageurs vidaient la maison, lui avait entassé ses affaires les plus précieuses dans le coffre de la Peugeot, puis sur la banquette arrière. Aussi bien elle était au fond du coffre, avec le contenu de ses tiroirs de bureau et mieux valait racheter le CD qu’espérer remettre la main dessus. Tiens, voilà, en entrant dans Verdun, c’est la première chose qu’il ferait : se racheter La Traviata. Quelle idée stupide il avait eue de partir pour la Bretagne le premier jour… Il avait dormi sur une aire de repos pour camionneurs, du côté de Fougères, plutôt bien dormi d’ailleurs, tandis qu’un autre dans la même situation n’aurait fait qu’arpenter nerveusement le bitume, c’était certain. Oui, mais c’est qu’il avait l’espoir qu’en Bretagne il allait retrouver quelque chose de son enfance qui l’attacherait, qui ferait qu’à cet endroit il aurait du plaisir à se tenir, nourri de ce souvenir. C’était venu au moment de quitter la maison, comme il se demandait vers où se diriger – une image fugace et douce qui l’avait engagé à prendre la direction de la Bretagne.  »

Circonstances de lecture

Parce que j’avais beaucoup aimé son précédent roman Echapper.

Impressions

J’aime la plume de Lionel Duroy. Après Echapper, Lionel Duroy poursuit avec L’Absente l’exploration de l’inspiration littéraire et de la perte. Suite à son divorce, son double, Augustin, est forcé de vendre sa maison de vacances si chère à ses yeux. C’est un crève-cœur. Il entasse ses affaires les plus précieuses dans le coffre de sa voiture, quelques objets que lui avaient offert ses enfants, quelques photos, des papiers, et ses deux vélos sur le toit… Il prend la route sans savoir où se rendre. Cette perte de sa maison lui fait faire un parallèle avec l’expulsion que ses parents – et notamment sa mère – ont vécu alors qu’il était enfant (d’une fratrie de dix enfants). Deviendra-t-il aussi fou que sa mère, une femme qu’il n’a jamais aimée et dont la mort ne lui a pas fait verser une larme ? Afin de se donner une raison de vivre et de retrouver l’inspiration, Augustin décide alors de prendre la route sur la trace de sa mère pour essayer de la comprendre et peut-être de l’aimer – un peu. Il va ainsi replonger dans le passé de sa riche famille bordelaise. L’histoire est belle, touchante et drôle à la fois. Un road-movie à découvrir !

Un passage parmi d’autres

 Comment la mère avait-elle survécu sans l’écriture ? Elle lui semble plus solide qu’il ne l’a cru. Y a-t-elle seulement pensé ? Sinon, Toto ou le commandant auraient pu le lui suggérer. Augustin n’avait que dix ans, mais s’il en avait eu quinze ou vingt de plus, il sait bien qu’il aurait dit à la mère de se mettre à écrire. Ne reste pas là à trembler, maman, quand tu te retrouves seule le soir, allume deux ou trois bougies et mets-toi à écrire. Si tu arrives à transformer ta détresse en une œuvre, tu seras sauvée. Écrire, ce sera comme si tu t’élevais soudain de la lourde terre pour t’accorder une autre vie qui te permettra de regarder de haut la première, celle où tu marches aujourd’hui à tâtons, stupide et aveugle. Écrire te rendra inaccessible à la bêtise et à la cruauté du monde. Ils pourraient bien te piétiner le corps, te couper l’électricité, vendre tes derniers meubles aux enchères, ils n’atteindront pas ton âme et au fil des années tu nourriras ton travail de leur inhumanité. Tu parviendras à énoncer sur le monde quelque chose qu’on ne voit pas et qui nous éclairera sur nous-mêmes. Et  il se peut même qu’un jour, adossée à toutes ces pages que tu auras écrites, tu te réjouisses d’avoir traversé tant de guerres car sinon tu serais passée à côté de la vraie vie, si dense, si inquiétante, si mystérieuse qu’on préfère généralement s’en protéger, n’est-ce pas.

Lionel Duroy – L’absente – août 2016 (Julliard)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités