Mots-clés

, , , , , , , ,

Lionel Duroy - EchapperLes premières phrases

 » Ce matin, je me suis réveillé avec l’appréhension de ne pas écrire, de ne pas trouver mon livre. Il était tard, neuf heures dix, et en somme je n’écrivais pas, je ne faisais rien. J’ai ouvert les rideaux et constaté qu’un vent violent secouait les grands pins devant mes fenêtres, charriant des tourbillons de pluie fine. Rapidement, je me suis donné un coup de brosse et suis allé prendre mon café. La cuisine était déserte, tant mieux, quand d’autres locataires y sont présents je suis gêné de ne pas pouvoir échanger un seul mot avec eux – tous parlent l’allemand, tandis que moi, non, ni l’allemand ni le danois. Après avoir bu mon café, je suis allé faire un tour dans la zone industrielle toute proche, dans le vent et la pluie, et c’est au cours de cette promenade que j’ai pris la décision de me mettre à écrire. Écrire quoi ? J’allais répondre que je ne sais pas, rien n’est construit dans ma tête à propos d’Husum, de ce retour à Husum, et cependant, aussitôt que j’y songe, je suis assailli de souvenirs et d’impressions qui me sont nouvelles. Ce sont donc ces souvenirs et ces impressions que je vais écrire. Et puis peut-être le livre apparaîtra-t-il.  »

Circonstances de lecture

Attirée par la couverture.

Impressions

Je suis tombée sous le charme de ce livre de Lionel Duroy, de son style d’écriture et de son histoire. Son héros, Augustin, un écrivain en panne d’inspiration suite à une rupture, part à la recherche du petit village allemand de Rugbüll, dont il est tombé amoureux à la lecture du roman de Siegfried Lenz, « La Leçon d’allemand ». Il nous emmène avec lui dans cette quête, quête de ce lieu de fiction, quête de lui-même, quête d’inspiration, quête aussi du peintre qui a inspiré le héros de « La Leçon d’allemand », Emil Nolde.

Un livre qui se savoure.

Un passage parmi d’autres

 – J’ai tellement aimé ce livre, Curtis, que j’aimerais habiter dedans, y entrer et ne plus en sortir. Est-ce que vous pouvez comprendre une telle chose ?

– Je crois, oui… Même si je trouve votre enthousiasme un peu suspect. Est-ce que ce n’est pas une façon de vous détourner de la réalité, d’une vie qui vous déçoit, ou vous ennuie, pour trouver une forme de réconfort dans une création artificielle ?

– Bien sûr ! Mais c’est ce que nous faisons en écrivant, non ? Transformer la réalité en une création artificielle, avec une esthétique, une poésie, une musique – à l’intérieur de laquelle nous trouvons une place. Pourquoi écririons-nous, sinon ? Pourquoi écririons-nous si la vie réelle nous satisfaisait ? La vie réelle est affreusement contrariante, Curtis, vous le savez bien, elle ne serait pas supportable sans les livres, ceux que nous lisons et ceux que nous écrivons.

Lionel Duroy – Echapper – 2015 (Julliard)

 

 

Publicités