Mots-clés

, , , , , , , ,

Les premières phrases

«  Louie se pencha pour ramasser la petite chose mouillée que la mer avait poussée jusqu’à la rive et qui se tenait là, inerte, à peine agitée par l’eau, se heurtant à la terre. C’était une mésange, une bleue, de celles qu’ils essayaient de préserver, avant, parce qu’elles se faisaient rares. Il la prit entre ses mains et la tendit à son père. 

– Tiens, Pata. Encore une.

Le père hocha la tête et la garda contre lui. Les autres regardaient en silence. Ils iraient l’enterrer plus tard, là où ils avaient mis les oiseaux morts. Ce serait le cent trente-quatrième – Louie connaissait le chiffre par cœur.

Et comme les autres, il se remit à contempler l’océan en rage. »

Circonstances de lecture

Parce que j’avais depuis longtemps envie de découvrir l’univers de Sandrine Collette.

Impressions

Un roman qui prend aux tripes… Sandrine Collette nous tient en haleine tout au long de ce livre aux allures de fin du monde. Un raz-de-marée a eu lieu, recouvrant toutes les terres à perte de vue. Seule une maison résiste, en haut d’une colline. En son sein, une famille : le père, la mère, leurs neuf enfants. Mais voilà, l’océan continue de monter, le niveau de l’eau va bientôt atteindre la maison… Il faut fuir, sur une barque… qui ne peut contenir que huit personnes. Le père le sait : il va falloir faire un choix. Quels enfants les parents doivent-ils emporter avec eux sur la barque, quels enfants doivent-ils laisser derrière eux ? Bouleversant et terriblement stressant, ce roman se dévore, le souffle coupé.

Un passage parmi d’autres

 Et puis il sait.

La réponse à la question résignée de la mère la veille : Pourquoi on ne voit pas encore de terres ?

Oui, il sait. L’a pas dit, bien sûr. Lui aussi pensait qu’avec un peu de chance, dès le dixième jour, ils commenceraient à trouver des îles. Rien vu – ou presque. Parce que les eaux ont continué à monter. La voilà, la réponse : la mer a recouvert de nouvelles terres et les niveaux sont toujours plus hauts. Alors, revenir ? Le père a la gorge nouée. Il ignore ce qu’il reste de leur monticule. Presse ses mains sur son visage pour ne pas penser aux trois petiots abandonnés là-bas et qui sont peut-être déjà noyés. Depuis des jours, le mot flotte dans sa tête, revient quand il ne l’attend pas. Assassin. Mais ce n’est pas lui qui y a pensé tout seul : c’est le mot qu’il a vu dans les yeux de Madie lorsqu’ils ont embarqué leurs six gamins en laissant les autres sur l’île, il y a onze jours – et cela pourrait être mille que ça serait pareil, depuis cette aube-là, il est devenu un assassin. La question est – de combien d’entre eux ? Un, deux. Quatre. Tous. Il le saura en arrivant.

 

Sandrine Collette – Juste après la vague – janvier 2018 (Denoël)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités