Mots-clés

, , , , , , , , , ,

Les premières phrases

«  Père,

A chaque inspiration, je transpire. Mon haleine est de feu ; ma bouche sèche, plissée et ridée crisse comme le sable. Des rigoles salées suintent le long de mon corps décharné. J’ai beau m’étourdir de parfum, des relents de sel et de vinaigre s’élèvent en volutes invisibles autour de moi ; lorsque je touche par mégarde ma peau, je sens cette colle tiède, imperceptible, et je frémis à l’idée d’en être couvert. Odeurs, chairs visqueuses, souffle court : tout cela (cette vieillesse, cette faiblesse) m’écœure.

Mon humanité me dégoûte.

Je la traîne depuis trop longtemps sur cette terre craquelée, cette carcasse stérile comme une aïeule.

Elle ne m’est d’aucune utilité.  »

Circonstances de lecture

Parce que qui peut résister à cette couverture ?

Impressions

Une histoire de fantasy parfaite pour coller à la chaleur de l’été. Shâhra est un monde fait de déserts, de dunes, d’oasis, de terres craquelées et de sable. L’air est chaud et charrie des odeurs de thé parfumé, de dattes, de miel, de sueur et de sang. Charlotte Bousquet sait nous entraîner dans ce monde où la magie des esprits chamaniques rôde. Elle nous fait suivre le destin de quatre femmes, toutes dotées d’un pouvoir particulier. Djiane, la danseuse, Arkhane, l’apprentie chamane, Tiyyi, une esclave aux pouvoirs mystérieux, et Aya Sin, une kenzi assujettie à un homme recherchant la jeunesse éternelle. Au-dessus d’elles, plane l’ombre d’Azr’Khila, la déesse de la vie et de la mort.

Un cycle de fantasy en deux tomes, dont le premier m’a enchanté.

Un passage parmi d’autres

 Arkhane roule sur elle-même, s’appuie sur ses coudes, et ses yeux plongent dans ceux de son double, réfléchi par une flaque d’eau étrangement huileuse. Elle découvre avec surprise qu’une poussière d’ocre rouge recouvre sa peau. Instinctivement, elle frotte ses paumes contre ses joues, ses paupières, ne laissant qu’une mince ligne pourpre au milieu de sa figure, une ligne qui la coupe en deux, deux parties distinctes, l’une blanche comme la mort, l’autre noire comme la vie. Elle reconnaît la marque d’Azr’Khila, la Déesse aux deux visages.

Le reflet s’estompe, lentement, remplacé par un horizon nébuleux, voilé de blanc. Arkhane se redresse, tant bien que mal. A genoux, d’abord. Puis elle tente de se lever. Vertige. Chute, brutale. Au-dessus d’elle, l’azur. Contre son corps meurtri, un sol rugueux, crevassé. Et, très haut, l’ombre d’un vautour…

Charlotte Bousquet – Shâhra – Les Masques d’Azr’Khila – mai 2018 (Mnémos)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités