Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Les premières phrases

«  Quarante-quatre fois treize. Moins soixante-quatorze. Moins soixante. Il trancha:

« Il m’en faut cent… »

Un caisson de bois au milieu de la pièce faisait office de guéridon. Ambila y posa une liasse de billets de vingt et tenta vainement d’ériger en piles un tapis de pièces éparses :

« Quatre cents francs… C’est ce que j’ai. »

Randrianantoandro éclata d’un rire théâtral.

« Pour ça, je t’en donne quatre-vingts. Et c’est déjà trop. »

Ambila se pinça les lèvres. Ses lunettes glissaient sur son nez.

L’ombiasy était tenu par tous comme le meilleur de l’île. Impossible de repartir avec si peu. Quatre-vingts amulettes. Pas après tout ce chemin. Ni la route à venir. Il insista et face au refus du sorcier, sortit sa chaussette.

L’ombiasy resta un moment en arrêt devant les renflements du bas de laine qu’il soupesa d’une main à l’autre. Chaque roulis provoquait un petit bruit sec qui semblait ricocher sur les murs humides. Il vida le contenu sur la caisse.

Une centaine de dents se dispersa sur le bois au milieu des pièces : incisives, molaires, canines de toute taille et tout aspect.  »

Circonstances de lecture

Parce que l’histoire se déroule à Madagascar.

Impressions

Vous ne ressortirez pas indemne de la lecture de « Zébu Boy ». Aurélie Champagne signe ici un premier roman percutant sur ces Malgaches ayant risqué leur vie pour la France lors de la seconde guerre mondiale, renvoyés dans leur pays sans le moindre merci. Ils doivent rendre leurs chaussures de soldat et attendre une solde de combat qui n’arrivera jamais. Zébu Boy est de ceux-là. Mais, revenu entier de la guerre, il compte bien prendre sa revanche et racheter le cheptel de son père, quand commence à gronder la révolte de tout un peuple.

Un roman poignant et violent, où flottent les esprits de la forêt, les croyances malgaches et le deuil jamais cicatrisé de la disparition de la mère. A lire pour découvrir cette période peu connue de l’histoire malgache.

Un passage parmi d’autres

 On s’est rabattus dans le bois. J’ai été le premier à couvert quand les Alboches ont jailli. Tayeb hurlait comme un veau. Aucun de nous n’avait ni pétoire ni arme, et les autres mitraillaient. J’ai vu le grand corps d’Amadou basculer dans les airs. Fauché dans les herbes hautes. J’ai gueulé quelque chose. Bouge pas, bouge pas, j’ai dit. Je braillais en malgache. Derrière, Tayeb déraillait complètement. Je me suis planqué dans les broussailles, j’ai attendu que les sentinelles le prennent en chasse. Amadou étendu, ses longues jambes ballotaient.

Une balle s’était fichée dans son épaule. Un trou par où ses forces s’éventaient. Mais Amadou Ba Adi souriait. T’en fais pas, il a dit, et dans cette maudite forêt sombre, ses dents en or rutilaient comme une verroterie. Blanc or blanc or blanc blanc. Trois nuits, on y a passé. Enchevêtrés les uns dans les autres comme une portée de chats. Blanc or blanc or blanc blanc. Le corps gelé en pleine forêt.

Aurélie Champagne – Zébu Boy – août 2019 (Monsieur Toussaint Louverture)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités