Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Les premières phrases

«  Demi-carcasse. Étourdisseur. Ligne d’abattage. Tunnel de désinfection. Ces mots surgissent et cognent dans sa tête. Le détruisent. Mais ce ne sont pas seulement des mots. C’est le sang, l’odeur tenace, l’automatisation, le fait de ne plus penser. Ils s’introduisent durant la nuit, quand il ne s’y attend pas. Il se réveille le corps couvert de sueur car il sait que demain encore il devra abattre des humains.  »

Circonstances de lecture

Parce que cette histoire m’intriguait.

Impressions

Vous vous demandez s’il ne serait pas temps de réduire votre consommation de viande ? Lisez donc « Cadavre exquis » ! Cela vous coupera toute envie de manger de nouveau un bon steak saignant !

Alors que la société légalise la consommation de bétail humain (les animaux auraient été contaminés par un virus), l’animalité et la cruauté des hommes ressortent au grand jour, en toute impunité. Une lecture nauséeuse à souhait, qu’il vous sera cependant bien difficile de lâcher. Les scènes décrivant les abattoirs sont presque insoutenables. Visionnaire, Agustina Bazterrica ? Espérons que non… En attendant, elle met le doigt sur tous les travers de la chaîne alimentaire et sur la cruauté des hommes envers les animaux. L’homme, un animal comme les autres ? Un premier roman qui fait froid dans le dos jusqu’à cette scène finale dont j’ai mis du temps à me remettre…

Un passage parmi d’autres

 Il se repasse en boucle la même publicité. Une belle femme tirée à quatre épingles sert le dîner à son mari et ses trois enfants. Elle regarde la caméra en disant : « Je donne à ma famille de la nourriture spéciale : la viande de toujours, mais en encore meilleure ! » La famille sourit et mange. Le gouvernement, son gouvernement, a décidé de donner un nouveau nom au produit. La viande humaine s’appelle désormais « viande spéciale ». Elle a cessé d’être seulement de la viande pour devenir « bavette spéciale », « côtelette spéciale », « rognon spécial ».

Lui ne dit pas viande spéciale. Pour faire référence à ces humains qui ne seront jamais des personnes, mais toujours des produits, il utilise les termes techniques. Il parle de quantité de têtes à transformer, de lot en attente dans la bouverie, de ligne d’abattage censée respecter un rythme constant et rigoureux, d’excréments à revendre pour fabriquer de l’engrais, d’ateliers de découpe. Personne ne doit plus les appeler « humains » car cela reviendrait à leur donner une entité ; on les nomme donc  » produit », ou « viande », ou « aliment ». Sauf lui, qui voudrait n’avoir à les appeler par aucun nom.

Agustina Bazterrica – Cadavre exquis – 21 août 2019 (Flammarion)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités