Mots-clefs

, , , ,

Katarina Bivald - La bibliothèque des coeurs cabossésLes premières phrases

«  Chère Sara,

J’espère qu’Une jeune fille démodée de Louisa May Alcott te plaira. C’est une histoire charmante, même si elle est peut-être un soupçon plus moralisatrice que Les Quatre Filles du docteur March.

Inutile d’envisager de me le rembourser. J’avais ce livre en double depuis des années. Je suis ravie qu’il ait trouvé un nouveau foyer et qu’en plus, il fasse tout le chemin jusqu’en Europe. Moi, je ne suis jamais allée en Suède, mais je suis sûre que ce doit être un très beau pays.

N’est-ce pas amusant qu’un livre voyage davantage que sa propriétaire ? Je ne sais pas si cela est réconfortant ou inquiétant.

Salutations amicales,

Amy Harris »

Circonstances de lecture

Acheté après avoir entendu beaucoup d’avis positifs sur ce livre.

Impressions

L’histoire : une jeune Suédoise, Sara Lindqvist, débarque dans un petit village de l’Iowa pour y passer des vacances chez une vieille dame, Amy Harris, avec qui elle correspond depuis quelques temps sur leur passion commune pour la littérature. Mais voilà, lorsqu’elle arrive sur place, rien ne se passe comme prévu. La vieille dame est décédée, et Sara se retrouve seule dans la maison de la défunte. Évidemment, sous la pression des proches d’Amy, elle décide tout de même de rester à Broken Wheel pour ses vacances… et d’y ouvrir une librairie afin de s’occuper et de transmettre son goût pour la lecture aux habitants du village.

Je vais être franche : oui, j’ai bien aimé ce livre, mais non ce n’est pas un grand livre. Pour être plus claire, si vous souhaitez, comme moi, oublier votre mal de gorge et cocooner tout un week-end sous un plaid, alors ce livre est parfait. Je l’ai commencé le vendredi soir et l’ai terminé le dimanche soir. Il donne le sourire, sème quelques jolies phrases sur l’amour des livres et le pouvoir de la lecture, et vous promet d’emblée un pur happy end à l’américaine. On en ressort avec le sourire.

Reste que si vous souhaitez lire un roman sur la puissance des livres avec un peu plus de profondeur, achetez plutôt « Morwenna » de Jo Walton (du même éditeur d’ailleurs). Ou bien lisez les deux ! Vous vous ferez ainsi votre opinion tout seul. Les deux sont destinés aux amoureux des livres et sont une ode aux librairies et aux bibliothèques.

Un passage parmi d’autres

 Les livres ou les gens, me demandes-tu. Choix difficile, je dois dire. J’ignore si les gens signifient plus que les livres – en tout cas, ils ne sont ni plus sympathiques, ni plus drôles, ni source de davantage de consolation… Pourtant, j’ai beau tourner et retourner la question, au bout du compte, je me vois quand même contrainte de choisir les gens. J’espère que cet aveu ne te fera pas perdre toute confiance en moi.

Même si ma vie était en jeu, je ne saurais expliquer pourquoi j’ai le mauvais goût de préférer les gens. Quand on considère les chiffres bruts, les livres gagnent sans contestation possible – de toute ma vie, j’ai peut-être aimé une poignée de gens en comparaison aux dizaines ou centaines de livres (et là, je ne compte que les livres que j’ai vraiment adorés, ceux dont la simple vue vous réjouit, qui vous font toujours sourire malgré les aléas, ceux qui reviennent sans cesse comme un vieil ami et dont on se souvient où on les a « rencontrés » pour la première fois, je suis certaine que tu sais de quoi je parle). Mais cette poignée de gens qu’on aime… en fait, ils valent tous ces livres.

Katarina Bivald – La bibliothèque des cœurs cabossés – 2015 (Denoël)

Publicités