Étiquettes

, , , , , , , , ,

Gaëlle Nohant - La Part des flammesLes premières phrases

«  La marquise de Fontenilles n’en finissait pas de la faire attendre dans cette antichambre aux allures de bonbonnière. Érodée par l’impatience et la nervosité, l’assurance de Violaine de Raezal s’effritait. Elle espérait tant de cette entrevue ! La marquise était un des sphinx de dentelles vêtus qui gardaient les portes du Bazar de la Charité. Sans son accord, la comtesse de Raezal avait peu de chances d’y obtenir une place de vendeuse. Elle était consciente que le mystère auréolant son passé ne plaidait pas en sa faveur et que le nom de son mari avait perdu de sa puissance depuis que Gabriel n’était plus là pour veiller sur elle. Désormais, lorsqu’on recevait la comtesse de Raezal, les arrière-pensées affleuraient à la surface de la plus exquise politesse. Treize ans durant, Gabriel de Raezal avait dispersé ces arrière-pensées de son regard perçant. Mais voilà qu’elles ressurgissaient, enhardies par sa disparition.

Elle fit quelques pas jusqu’à la fenêtre, jetant un regard rêveur sur le boulevard Saint-Germain – dont le tumulte faiblissait comme par correction avant d’atteindre les fenêtres de l’hôtel de Fontenilles -, et questionna son obstination à vouloir participer à la plus mondaine des ventes de charité de Paris.  »

Circonstances de lecture

Recommandé vivement par mon libraire.

Impressions

Dans « La Part des flammes », Gaëlle Nohant nous fait vivre le destin de trois femmes réunies au Bazar de la Charité, cet événement mondain où ces dames de la haute société se donnaient bonne conscience en réunissant des fonds durant quelques jours pour les pauvres. Trois femmes qui ont toutes une faille à cacher, dans un monde où les apparences et la réputation font tout.

Sophie d’Alençon prend sous son aile Violaine de Raezal, veuve au passé trouble, et Constance d’Estingel, jeune fille venant de rompre ses fiançailles. Mais voilà qu’un incendie se propage au Bazar de la Charité, et que tout vole en éclat… Les scènes décrivant l’incendie montrent alors toute l’horreur du carnage… Âmes trop sensibles s’abstenir !

Un livre qui se lit d’une traite, tant le suspens est présent. On se prend vite d’affection pour ces trois femmes brisant les conventions.

Un passage parmi d’autres

 Tout lire lui avait donné le vertige et une faim grandissante du monde. Elle y avait perdu le peu de déférence qu’on lui avait inculquée. Les livres lui avaient enseigné l’irrévérence et leurs auteurs, à aiguiser son regard sur ses semblables ; à percevoir, au-delà des apparences, le subtil mouvement des êtres, ce qui s’échappait d’eux à leur insu et découvrait des petits morceaux d’âme à ceux qui savaient les voir. Mais la lecture avait aussi précipité sa chute. Quand elle entendait dire que les romans étaient de dangereux objets entre les mains d’une jeune fille, elle ne protestait plus. Puissants et dangereux, oui, car ils vous versaient dans la tête une liberté de penser qui vous décalait, vous poussait hors du cadre. On en sortait sans s’en rendre compte, on avait un pied dansant à l’extérieur et la cervelle enivrée, et quand on recouvrait ses esprits, il était trop tard. La terre était pleine de créatures saturées d’elles-mêmes qui prenaient plaisir à vous foudroyer pour les fautes qu’elles s’interdisaient, les libertés qu’elles prenaient dans l’ombre, les extases qui venaient mourir près d’elles sans qu’elles se soient permis d’y goûter. Châtier était le tonique qui ranimait leur cœur exsangue.

Gaëlle Nohant – La Part des flammes – 2015 (Éditions Héloïse d’Ormesson)

Publicités