Étiquettes

, , , , , , , ,

Frédérique Deghelt - LibertangoLes premières phrases

«  Il y eut les premiers sons désaccordés, tâtonnants, qui semblaient pleurer en attendant que commencent véritablement les choses. Il y eut ce moment calme, quand je me suis avancé dans la salle, les applaudissements de l’assemblée, comme une ultime faveur accordée avant que je ne fasse mes preuves. Avec une main un peu moite, je saluai mon dernier allié, le plus proche, avant de laisser place à ce silence recueilli qui précède l’envol. Je les regardai tous, puisque je tournais le dos aux autres,  et le sourire que je leur offris n’avait rien de bref ou de crispé. Ce sourire était ma dernière chance de les embarquer et je le désirais plus que tout au monde. Nous devions désormais nous faire confiance parce que nous n’avions pas le choix et, surtout, parce que ce serait la dernière fois. Je dirigeai mon regard vers les premiers à intervenir et ils caquetèrent le début de leur discours. Puis, accrochés à leurs cordes, montant et descendant dans la mâture, graves et plus jeunes se mirent à ramper vers moi. C’est dans la pluie de ce qui suivit que je saisis mon énergie. D’une main ferme, je m’appuyai sur ce qui venait d’être envoyé et s’effaçait déjà pour faire place à un déploiement élégant. Je me sentais posé sur le bord de chaque envolée, si bien que, lançant avec force les canons, je pus sentir le frémissement de la salle et sa surprise quand retentirent les coups assénés, parfaitement accompagnés par la douceur des milliers de voix virevoltantes pour répondre à la main qui les encourageait. Je souris et pris la taille de la plus jolie des mariées pour la faire tournoyer sans jamais succomber.  »

Circonstances de lecture

Parce que la couverture est superbe tout comme la plume de Frédérique Deghelt (La grand-mère de Jade, Les brumes de l’apparence…).

Impressions

Dès les premières lignes, je me suis sentie happée par la superbe plume de Frédérique Deghelt. Rarement un début de roman m’a fait cette impression… J’étais sous le charme, envoûtée, émue. Avec Libertango, Frédérique Deghelt offre un magnifique roman sur la puissance de la musique.

A la fin de sa vie, Luis accepte de se confier à une journaliste. Mais Luis n’est pas une personne comme les autres. A plus d’un titre. Il naît handicapé, et est aussitôt rejeté par sa famille qui ne lui prédit aucun avenir. Heureusement, Luis a du caractère et, surtout, un amour passionné pour la musique classique. Malgré son bras gauche qui fonctionne mal, il veut réaliser son rêve : devenir chef d’orchestre.

Libertango est une superbe ode à la différence, à la réalisation des rêves, et au pouvoir de la musique. Car c’est bien la musique qui sauvera Luis, de son handicap, des préjugés, et de son orgueil. Malgré quelques longueurs, Frédérique Deghelt signe là l’un de ses meilleurs romans. Le premier quart est tout simplement magistral, tant l’émotion est présente et le style superbe. Pour tous les amoureux des mots et de  musique. Pour tous ceux qui ont ressenti un jour la musique comme un pansement salvateur.

Un passage parmi d’autres

 A quel moment ai-je réellement entendu un chant, le filet mélancolique et vibrant qu’il produisait ? Au début, j’ai cru que mon âme me distillait de la musique qui ressemblait à mon chagrin. Ça n’aurait pas été la première fois. Je transpirais de peine et de désespoir et cette mélodie était un mirage produit par mon imagination. Devant moi, il n’y avait que des pêcheurs tenant leurs lignes et surveillant la surface de l’eau, et puis un couple assis côte à côte sur des chaises longues. Pourtant, j’entendais bien des notes et je me rapprochais de cette musique, comme par instinct ; j’allais vers elle comme si elle pouvait m’apaiser, et soudain, j’ai vu un musicien. Debout, un pied posé sur une bitte d’amarrage, tenant entre ses mains une sorte d’accordéon, mais plus petit, et noir. Son chant vibrait à l’unisson de mon cœur dévasté, alors je me suis assis et je l’ai écouté. Longtemps. J’ai laissé couler mes larmes. Je me fichais bien qu’il puisse me voir pleurer. Il devait savoir puisqu’il jouait cette musique qui contenait tous mes chagrins. Je n’entendais plus la vérité ou l’offense, je n’étais plus une gangrène ou un pauvre type inutile. J’étais cette musique, ce chant de tristesse qui rythmait la débâcle de mon existence et distillait dans mes vaisseaux son vibrato. La cadence s’est accélérée et j’ai entendu l’inspiration, le murmure d’une plénitude, l’appel vibrant d’un avenir. Or je n’avais jamais pensé à l’avenir.

Frédérique Deghelt – Libertango – mai 2016 (Actes Sud)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités