Étiquettes

, , , , , , ,

Les premières phrases

«  C’est étrange, d’écrire ces premiers mots, comme si je me penchais par-dessus le silence moisi d’un puits, et que je voyais mon visage apparaître à la surface de l’eau – tout petit et se présentant sous un angle si inhabituel que je suis surprise de constater qu’il s’agit de mon reflet. Après tout ce temps, un stylo a quelque chose de raide et d’encombrant dans ma main. Et je dois avouer que ce cahier, avec ces pages blanches pareilles à une immense étendue vierge, m’apparaît presque plus comme une menace que comme un cadeau – car que pourrais-je y relater dont le souvenir ne sera pas douloureux ?

Tu pourras écrire sur maintenant, a dit Eva, sur l’époque actuelle. J’étais tellement persuadée ce matin que le cahier me servirait à étudier que j’ai dû faire un effort pour ne pas me moquer de sa suggestion. Mais je me rends compte à présent qu’elle a peut-être raison. Tous les sujets auxquels je pense – de l’économie à la météorologie, de l’anatomie à la géographie et à l’histoire – semblent tourner en rond et me ramener inévitablement à maintenant, à ici et aujourd’hui.

Aujourd’hui, c’est Noël. Je ne peux pas l’éviter. Nous avons barré les jours sur le calendrier bien trop consciencieusement pour confondre les dates, même si nous aurions aimé nous tromper. Aujourd’hui, c’est le jour de Noël, et le jour de Noël est une nouvelle journée à passer, une nouvelle journée à endurer afin qu’un jour, bientôt, cette époque soit derrière nous. »

Circonstances de lecture

Parce que j’en avais entendu beaucoup de bien et que la couverture et le titre m’attiraient .

Impressions

C’est un roman sur la fin de notre civilisation et de nos modes de vie. C’est aussi un roman sur deux sœurs, sur ce qui les unit… et les sépare. C’est enfin un roman sur la forêt et ce qu’elle peut offrir aux hommes. C’est en tout cas une très belle lecture que je vous conseille pour cet été – ou après !

Nell et sa sœur Eva ont toujours vécu dans la forêt avec leurs parents. Jusqu’au jour où elles se retrouvent seules, toutes les deux, dans cette cabane où elles ont grandi, alors que notre civilisation moderne s’effondre. Plus d’électricité, plus d’essence, plus de supermarchés… Peut-on survivre à l’écart de tout ? L’électricité va-t-elle revenir et quand ? Peut-on continuer à poursuivre ses rêves (passer le concours d’entrée à Harvard pour Nell, devenir une danseuse émérite pour Eva) alors que l’on vit coupé de tout ? Comment savoir ce qui se passe ailleurs ? Les animaux sauvages représentent-ils un plus grand danger que l’espèce humaine ? Comment survivre dans la forêt ? Comment continuer à espérer ? J’ai adoré, d’autant que Jean Hegland écrit remarquablement bien.

Un passage parmi d’autres

 Je n’ai jamais vraiment su combien nous consommions. C’est comme si nous ne sommes tous qu’un ventre affamé, comme si l’être humain n’est qu’un paquet de besoins qui épuisent le monde. Pas étonnant qu’il y ait des guerres, que la terre et l’eau et l’air soient polluées. Pas étonnant que l’économie se soit effondrée, s’il nous en faut autant à Eva et à moi pour rester tout bonnement en vie.

Je me dis parfois que ce serait tellement mieux si l’on devait taire nos désirs, nous débarrasser de notre besoin d’eau et d’abri et de nourriture. Pourquoi s’embête-t-on avec tout ça ? A quoi cela sert-il ? Hormis tenir un peu plus longtemps.

Jean Hegland – Dans la forêt – janvier 2017 (Gallmeister)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités