Mots-clés

, , , , , , , , ,

Les premières phrases

«  Je ne suis plus celle que j’étais autrefois. Ce sont eux qui m’ont fait ça, ils m’ont ouvert la poitrine et arraché le cœur. Depuis je ne sais plus qui je suis.

Je dois faire l’effort de me souvenir.

Certaines histoires circulent à propos de la nuit de ma naissance. Elles racontent que ma mère aurait croisé les jambes en plein travail et lutté de toutes ses forces pour m’empêcher de venir au monde. Bien sûr je suis née quand même ; on ne s’oppose pas à la nature. Mais je ne suis pas surprise que ma mère ait essayé.

Ma mère était l’héritière des Arameris. Un jour, au cours d’un bal organisé pour la petite noblesse – le genre d’événement censé flatter l’amour-propre des invités -,mon père osa l’inviter à danser ; elle daigna accepter. Je me suis souvent demandé ce qu’il avait pu dire ou faire ce soir-là pour qu’elle tombe amoureuse de lui à ce point, au point de renoncer à sa condition pour vivre avec lui. Mais c’est le thème de toutes les histoires célèbres, n’est-ce pas ?  »

Circonstances de lecture

Parce qu’après avoir lu « La Cinquième Saison » et « La Porte de Cristal », j’avais très envie de continuer à découvrir les précédents romans de N.K. Jemisin.

Impressions

Auteur multi-récompensée depuis, N.K. Jemisin signe ici son premier roman de Fantasy. Une histoire d’héritage, de magie, de trahisons familiales, mais aussi une réflexion sur la religion, les Dieux, et ce qu’en font les hommes… Ce premier tome est passionnant. J’ai hâte de lire la suite. A découvrir pour tous ceux qui aiment la Fantasy !

Un passage parmi d’autres

 Est-ce que je ne devrais pas faire une pause pour expliquer ? Je raconte mal cette histoire. Mais je dois me rappeler tout, me souvenir, encore et encore, pour garder le contrôle de ma mémoire. Tant de morceaux de moi m’ont déjà échappé.

Donc…

Il y avait trois dieux autrefois. Celui qui compte a tué l’un de ceux qui  n’avaient pas d’importance et a jeté l’autre dans une prison infernale. Les murs de sa geôle étaient de sang et d’os ; les fenêtres à barreaux ses yeux ; ses châtiments le sommeil, la douleur, la faim et tous les besoins que la chair mortelle éprouve constamment. Ensuite, la créature, piégée dans ce vaisseau corporel, fut confiée aux Arameris, avec trois de ses divins enfants. Après l’horreur de l’incarnation, qu’est-ce que l’esclavage pourrait bien leur faire ?

Lorsque j’étais petite, les prêtres d’Itempas le lumineux m’avaient expliqué que ce dieu déchu était le mal absolu. Du temps des Trois, ses adeptes s’adonnaient à un culte brutal et mystérieux qui donnait lieu à des célébrations extrêmement violentes au milieu de la nuit, au cours desquelles ils louaient la folie comme un sacrement. Si celui-là avait gagné la guerre, disaient les affreuses psalmodies des prêtres, le genre humain aurait probablement été décimé.

« Alors sois bonne, ajoutaient-ils chaque fois, ou le Seigneur de la nuit viendra te prendre. » .

 

N.K. Jemisin – Les Cent Mille Royaumes – septembre 2012 (Le Livre de Poche)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités