Mots-clés

, , , , , , , , , , ,

Les premières phrases

«  Décidément, ma mémoire est bien affaiblie. Quel est, par exemple, le nom de ce pasteur qui, juste avant le départ du Boreal, prêcha que c’était une folie de vouloir tenter, une nouvelle fois, d’atteindre le pôle Nord ? Oublié ! Et pourtant, il y a quatre ans, son nom m’était aussi familier que le mien.

Les événements qui précédèrent ce voyage ne sont plus qu’un souvenir assez brumeux. Me voici installé dans la loggia de cette villa de Cornouaille où j’essaie de relater ce qui est arrivé – Dieu sait pourquoi puisque personne ne lira ce récit – et voilà que, dès le début, je ne peux pas me rappeler le nom du pasteur.  »

Circonstances de lecture

Parce que j’avais très envie de découvrir cette maison d’édition, L’Arbre Vengeur.

Impressions

Les éditions de L’Arbre Vengeur ont eu la bonne idée de rééditer des classiques oubliés. Ici, ils publient un roman de SF de M.P. Shiel datant de 1901 ! Tout commence à la manière d’un récit d’aventures. Une expédition s’organise pour atteindre le Pôle Nord. Notre héros, Adam, se voit presque malgré lui contraint d’y participer. L’ambiance fait clairement penser aux livres de Jules Verne et on y prend goût, avec en prime un soupçon de noirceur fantastique, dans la personne de sa fiancée, Clodagh, prête à tout pour voir son futur mari participer à cette expédition, pouvant rapporter quelque 175 millions de dollars à celui qui foulera le premier le Pôle Nord ! On suit alors les aventuriers en route pour le Pôle jusqu’au moment où tout dérape : Adam atteint le Pôle Nord… déréglant au passage l’ordre du monde. Sur la route du retour, il ne croise que des cadavres embaumant l’air d’un parfum de fleur de pêcher et d’amande. Le roman prend ainsi la tournure d’un récit post-apocalyptique, où Adam (dernier homme sur Terre ?) essaiera de survivre et de donner un sens à sa vie, malgré la folie qui le hante. Une histoire percutante et envoûtante, à l’écriture étonnamment moderne et actuelle.

Un passage parmi d’autres

 Il est écrit : « Il n’est pas bon pour l’homme d’être seul. » Que cela soit bon ou non, il se trouve qu’il n’y a plus sur cette planète qu’un seul habitant et cela me semble déjà non simplement naturel mais la seule réalité concevable. Toute autre façon de voir les choses me paraît aussi inconsistante que les utopies des rêveurs et des illuminés.

M.P. Shiel – Le nuage pourpre – avril 2018 (L’Arbre Vengeur)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités