Mots-clés

, , , , , , , , , , , ,

Les premières phrases

«  Elle s’appelle Melanie. Un mot qui veut dire « la Noire », qui vient du grec ancien, sauf que ça ne doit pas lui aller trop bien, puisqu’elle a le teint pâle. Melanie aime beaucoup « Pandore », mais on n’a pas le droit de choisir. Mlle Justineau baptise les enfants à partir d’une longue liste : chaque nouveau a droit au prochain nom de garçon, chaque nouvelle au prochain nom de fille, c’est comme ça et pas autrement, voilà ce que dit Mlle J. 

Il n’y a eu aucun nouveau ni aucune nouvelle depuis un moment, Melanie ne sait pas pourquoi. Avant, il en arrivait plein, toutes les une ou deux semaines. On entendait des voix dans la nuit, des ordres à voix basse, des plaintes, des fois un juron et un claquement de porte de cellule. Et ensuite, au bout d’un moment, un mois ou deux en général, une nouvelle tête était là dans la classe, un enfant qui n’avait même pas encore appris à parler. Enfin, bon, ça rentrait vite.

Melanie aussi a été nouvelle un jour, mais elle a du mal à s’en souvenir, parce que ça remonte à longtemps. A une époque d’avant les mots, où il n’y avait que des choses sans nom, et les choses sans nom ne vous restent pas dans la tête. Elles en tombent, et après, plus rien.

Maintenant, Melanie a dix ans, et un teint de princesse de conte de fées : une blancheur de neige. Donc elle sait que quand elle sera grande, une beauté, les princes se bousculeront pour escalader son donjon et pour la sauver.

En supposant qu’elle ait un donjon, bien sûr.

D’ici là, elle a cette cellule, le long couloir, la salle de classe et celle des douches.  »

Circonstances de lecture

Parce que j’aime les histoires de fin du monde !

Impressions

Melanie croit être une petite fille comme les autres. Elle va en cours tous les jours, avec d’autres enfants, attachés, comme elle, dans un fauteuil. Elle aime particulièrement les cours de Mlle Justineau, son professeur préféré. Elle adore écouter Mlle Justineau leur raconter des histoires, des contes et des légendes. Mais voilà, Melanie n’est pas vraiment comme les autres. Et un jour, elle prend brusquement conscience qu’elle est une enfant… zombie… Une enfant zombie surdouée. Comment vivre avec cette révélation ?

Voici une histoire de zombie captivante et plus subtile qu’il n’y paraît. Un livre à dévorer !

Un passage parmi d’autres

 Quand la clé tourne dans la serrure, elle arrête de compter et elle ouvre les yeux. Sergent entre, son arme braquée sur elle. Ensuite, deux membres de son équipe arrivent pour boucler les sangles du fauteuil bien serré autour des poignets et des chevilles de Melanie. Il y en a aussi une pour son cou. C’est celle qu’ils serrent en dernier, quand elle a les mains et les pieds attachés de partout, et il le font toujours par-derrière. La sangle est conçue pour qu’ils n’aient jamais à passer les mains devant le visage de Melanie.

–  Je ne vais pas vous mordre, dit-elle certaines fois.

C’est une plaisanterie, sauf que l’équipe de Sergent ne rit jamais. Sergent, si, il l’a fait une fois, la première, mais c’était un rire méchant. Et il a ajouté :

– Comme si on allait t’en laisser l’occasion, mon petit chou.

Quand Melanie est toute sanglée sur le fauteuil, qu’elle ne peut plus bouger les mains ni les pieds ni la tête, ils la poussent jusqu’à la salle de cours et l’installent à son bureau.

 

 

M.R. Carey – Celle qui a tous les dons – avril 2018 (Le Livre de Poche)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités