Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

Les premières phrases

«  Ils ont tué mon frère. Ils l’ont tué devant la bijouterie parce qu’il portait une arme et qu’il leur tirait dessus. Ils n’ont pas fait les sommations réglementaires, j’ai répété ça pendant toute la garde à vue. Vous n’avez pas fait les trois sommations, salopards, crevards, assassins. Les flics ne me touchent pas, à quoi bon, ils savent que je vais en prendre pour vingt ans pour complicité. Moi j’attendais dans la voiture volée. Quand j’ai vu la bleusaille, il était trop tard pour démarrer, ils se sont jetés sur moi, m’ont plaqué à terre. C’est de là que j’ai vu la scène, rien de pire ne pouvait m’arriver : Tonio tué sous mes yeux. Mais pourquoi ce con a-t-il fait feu ?

Il était mon dernier lien, ma dernière famille.  »

Circonstances de lecture

Parce que ce titre m’a attiré.

Impressions

Tout commence dans la douleur, la violence et les larmes. Joseph, qui n’a rien d’un criminel, est envoyé en prison pour avoir suivi son frère dans un braquage. C’est sa première fois en prison. Il y apprend la souffrance de l’enfermement, la promiscuité, la violence. Et puis survient un incident nucléaire. Une centrale explose et le voilà libre. Immunisé contre les radiations, Joseph s’enfuit, et débute alors pour lui une vie de solitaire dans un monde déserté par les hommes.

Le roman de Sophie Divry est une vraie réussite. Elle décrit avec justesse la grisaille de la prison, l’enfer de la promiscuité puis de la solitude, mais aussi la beauté de la nature et la paix qu’elle procure à qui sait l’admirer. Une belle réflexion sur la solitude. A lire au soleil, en écoutant le chant des oiseaux.

Un passage parmi d’autres

 Il faudrait parvenir à détruire ce monde.

Si les étoiles l’embrassaient, si, sur une fraction de seconde de leur révolution, elles pouvaient le prendre dans leurs lumières, et plus tard, plus loin, le laisser tomber dans un autre pays. Pas un pays étranger, mais un pays parallèle. Où on se réveillerait animal ou plante, où s’échangeraient les peaux comme les saisons passent, où il pourrait se laver d’une pensée comme on nettoie une table ; il suffirait de tendre une main et d’enlever les souvenirs qui font souffrir et qui travaillent.

Sophie Divry – Trois fois la fin du monde – août 2018 (Notabilia – Éditions Noir sur Blanc)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités