Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

Les premières phrases

«  Le temps ne va pas tarder à manquer, mon amour. Je te propose d’en finir avec le commencement du monde. Tu es d’accord ? Tu es d’accord. Bon. Allons-y.

C’est tout de même étrange. Mes souvenirs évoquent des insectes fossilisés dans l’ambre, vies figées depuis longtemps éteintes, rarement intactes. Il n’en subsiste souvent qu’une patte, quelques écailles tombées des ailes, un morceau du métathorax – fragments qui seuls permettent de reconstituer le tout, restes brouillés, fondus par des fêlures sales, erratiques. En affutant mon regard pour scruter ma mémoire, les yeux plissés, je distingue des visages et des événements qui devraient avoir un sens à mes yeux et qui en ont un… sans le savoir. C’est bien moi qui ai été témoin de tout cela, et pourtant, ce n’est pas moi.

Dans mes souvenirs, j’étais un autre être, comme le Fixe était un autre monde.  »

Circonstances de lecture

Parce que c’est le dernier tome des Livres de la Terre fracturée.

Impressions

N.K. Jemisin conclut ici avec brio sa trilogie des Livres de la Terre fracturée, un cycle oscillant entre SF et Fantasy. Elle y traite d’un monde post-apocalyptique où les hommes tentent de survivre malgré des tremblements de terre à répétition et une nature pour le moins dangereuse. Parmi eux, les Orogènes se cachent, mal vus par les hommes à cause de leur don qui leur permet pourtant de dompter notamment les secousses sismiques. Mangeurs de pierre, obélisques planant dans le ciel, retour de la Lune… Autant de mystères planant dans cet univers hostile. Avec en toile de fond une question essentielle : peut-on croire en la rédemption de l’espèce humaine ou ne faudrait-il pas au contraire la détruire ?

Avec cette trilogie, N.K. Jemisin parle tout simplement de nos problèmes actuels, que sont l’intolérance, le racisme et la destruction de notre planète. Chaque tome a remporté le Prix Hugo du meilleur roman, trois années d’affilée ! Signe d’une saga qui devrait marquer les esprits pour longtemps.

Un passage parmi d’autres

 J’ai bel et bien vu le monde en feu. Ne me parle pas de spectateurs innocents, de souffrance imméritée, de vengeance cruelle. Si une comm se construit sur une ligne de faille, blâmes-tu ses murailles quand elles finissent – forcément – par écraser sa population ? Non ; tu blâmes quiconque a été assez stupide pour se croire capable de défier à jamais les lois de la nature. Eh bien, il est des mondes construits sur des lignes de faille faites de douleur, maîtrisées par des cauchemars. Ne pleure pas leur chute. Non ; indigne-toi qu’ils aient été condamnés dès leur construction.

Je vais maintenant te raconter quelle fin a connue ce monde-là, Syl Anagist. Quelle fin je lui ai donnée. Ou, du moins, quelle fin j’ai donnée à une fraction assez importante de ce monde pour l’obliger à tout reprendre depuis le début en se reconstruisant à partir de rien.

N.K. Jemisin – Les cieux pétrifiés – septembre 2018 (Nouveaux Millénaires)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités