Étiquettes

, , , , , , , , ,

Les premières phrases

«  A la maison, il y avait quatre chambres. La mienne, celle de mon petit-frère Gilles, celle de mes parents et celles des cadavres.

Des daguets, des sangliers, des cerfs. Et puis des têtes d’antilopes, de toutes les sortes et de toutes les tailles, springboks, impalas, gnous, oryx, kobus… Quelques zèbres amputés du corps. Sur une estrade, un lion entier, les crocs serrés autour du cou d’une petite gazelle.

Et dans un coin, il y avait la hyène.  »

Circonstances de lecture

Parce que ce livre fait tant parler de lui qu’il fallait bien que je m’y plonge.

Impressions

On parle beaucoup de ce roman d’Adeline Dieudonné. Et je comprends maintenant pourquoi. Ce livre se lit en quelques heures, d’une traite. Si l’histoire n’est pas originale en soi, l’écriture d’Adeline Dieudonné nous emporte dès les premières lignes sur les pas d’une petite fille de dix ans qui tente par tous les moyens de redonner le sourire à son petit-frère, victime d’un traumatisme. Ses parents, il ne faut pas compter sur eux… Entre une mère transparente qui semble plus aimer ses biquettes que ses enfants, et un père violent, adepte de la chasse, des coups de poing, et de la domination, notre héroïne n’est pas aidée… « La vraie vie » est une histoire terriblement touchante, un beau roman noir sur l’enfance et la famille, et le combat que certains doivent mener pour s’en sortir, survivre et braver le destin. « La vraie vie » remue, énerve, prend aux tripes. Un très bon premier roman.

Un passage parmi d’autres

 Cette histoire faisait peur à Gilles.

Le soir, il venait parfois se blottir dans mon lit parce qu’il croyait entendre le chant du dragon. Je lui expliquais que c’était juste une histoire, que les dragons n’existaient pas. Que Monica racontait ça parce qu’elle aimait bien les légendes, mais que tout n’était pas vrai. Au fond de moi-même, il y avait quand même un léger doute qui se baladait. Et j’appréhendais toujours de voir mon père rentrer d’une de ses chasses avec un trophée de dragon femelle. Mais, pour rassurer Gilles, je faisais la grande et je chuchotais : »Les histoires, elles servent à mettre dedans tout ce qui nous fait peur, comme ça on est sûr que ça n’arrive pas dans la vraie vie ».

Adeline Dieudonné – La vraie vie  – août 2018 (L’Iconoclaste)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités