Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

Les premières phrases

«  Il s’appelait Domenico, mais il ne le savait pas. On l’avait toujours appelé Mimmo.

Il était né le premier dimanche de septembre en sortant de sa mère par les pieds.

Il y avait une pluie fine qui vous trempait, et une légère brume au parfum de sous-bois, jamais vue dans cette ville-là. D’autres brumes dominaient, elles avaient la lourde consistance des fumées des rôtisseries en plein air que le vent de mer brouillait en tourbillons voltigeurs, apportant des odeurs de viande jusque dans les maisons de ceux qui, de la viande, n’en mangeaient jamais. Ils en éprouvaient à la fois un certain plaisir et une certaine douleur. Mais le jour où naquit Mimmo, la brume avait la consistance des contes.  »

Circonstances de lecture

Lu à l’occasion de la rentrée littéraire.

Impressions

« Borgo Vecchio » se lit comme une fable ou une tragédie douce amère, le malheur imprégnant irrémédiablement ce quartier pauvre de Palerme. On se prend aussitôt d’affection pour ses héros cabossés dès l’enfance. A l’instar de Cristofaro, battu chaque soir par son père, de Celeste, fille de la prostituée du quartier, recluse sur le balcon pendant les heures de travail de sa mère, de Toto, voleur au grand cœur. Et de Mimmo, vivant au centre de tout de cela, secrètement amoureux de Celeste et meilleur ami de Cristofaro.

Giosuè Calaciura nous embarque avec lui dans cette fable violente et émouvante sans être larmoyante, imprégnée de réalisme magique et d’une écriture délicate. Une jolie surprise.

Un passage parmi d’autres

 Alors, ils prirent l’autobus en faisant comme s’ils étaient contents. Ils traversèrent la ville déserte des vacances et se mirent à la fenêtre quand le bus traversa le parc. Ils se sentaient adultes. En regardant les arbres, ils furent pris d’une mélancolie qu’ils ne pouvaient pas s’expliquer. Peut-être était-ce tout ce vert qui n’avait pas de saisons et ne vieillissait jamais, peut-être étaient-ce ces femmes noires qui se vendaient le long des avenues et, pour s’amuser, faisaient des clins d’œil à Mimmo qui répondait d’un geste de la main. Peut-être était-ce simplement la fin de l’été et sentaient-ils que le temps passait comme si on guérissait d’une maladie.

Giosuè Calaciura – Borgo Vecchio – 22 août 2019 (Notabilia)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités