Étiquettes

, , , , , , , ,

Jo Walton - Ou ce que vous voudrezLes premières phrases

«  Elle ne veut pas que je raconte ses histoires. Elle dit qu’à force, ça les rendrait monotones. En fait, elle en a ras le bol de mes astuces et de mon savoir-faire ; je l’ai beaucoup inspirée, mais elle en a fini avec moi. Me voici donc piégé dans cette caverne d’os, dans ce crâne vide, ce point de vue étroit et limité qui est tout ce qu’elle me permet, un peu comme l’unique rayon d’une lanterne presque entièrement voilée. C’est elle qui a le pouvoir. Mais parfois, elle a besoin de moi. Et donc, parfois, je sors. »

Circonstances de lecture

Parce que j’adore Jo Walton.

Impressions

A 73 ans, Sylvia Harrison, une autrice à succès, sait que ses jours lui sont comptés. Elle décide de passer quelques semaines à Florence, ville de la Renaissance par excellence, dont elle s’est inspirée pour créer Thalia, la cité imaginaire dans laquelle se déroule la plupart de ses romans. Mais quand elle mourra, qu’adviendra-t-il de celui qui lui parle dans sa tête, celui qui a endossé de multiples rôles pour elle, du dragon au dieu, en passant par le voleur ? Cet « homme » de l’ombre (muse, ami imaginaire ?) s’adresse à nous, lecteurs et lectrices, avec un objectif : survivre à la mort de Sylvia. 

Ce roman offre une belle réflexion sur l’inspiration, la création, et la frontière entre réalité et fiction. C’est aussi une ode à l’art, à la Renaissance, à la gastronomie italienne, ainsi qu’aux livres. Si Ou ce que vous voudrez ne m’a pas autant transporté que Morwenna et Mes vrais enfants, j’ai tout de même beaucoup aimé cette lecture. Jo Walton possède une si belle plume !

Jo Walton – Ou ce que vous voudrez – Denoël – Septembre 2022

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer