Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Les premières phrases

«  Un esprit de la forêt. Voilà ce qu’elle avait vu. Elle le répéterait, encore et encore, à tous ceux qui l’interrogeaient, au père de Lucy, avec son pantalon froissé et sa chemise sale, à la police, aux habitants de la réserve, elle dirait toujours les mêmes mots, lèvres serrées, menton buté. Quand on lui demandait, avec douceur, puis d’une voix de plus en plus tendue, pressante, s’il ne s’agissait pas plutôt de Lucy – Lucy, quinze ans, blonde, un mètre soixante-cinq, short en jean, tee-shirt blanc, disparue depuis deux jours – , quand on lui demandait si elle n’avait pas vu Lucy, elle répondait en secouant la tête : « Non, non, c’était un esprit, l’esprit de la forêt. »  »

Circonstances de lecture

Parce que j’avais envie de découvrir cet auteur.

Impressions

Éden est un roman sauvage sur l’adolescence et l’entrée dans un monde adulte désenchanté. Nita vit dans une réserve indienne, à la lisière d’une forêt qui peu à peu tombe sous les coups des tronçonneuses. Elle assiste, impuissante, à la destruction du monde qui l’entoure, à la violence des hommes, à l’inégalité sociale croissante, et aux crimes se multipliant dans la région. Un livre envoûtant, nimbé d’esprits de la forêt, du souvenir des disparus et d’un désir de vengeance irrépressible. Avec en question de fond lancinante : quel mal rôde dans la forêt ?

Un passage parmi d’autres

 Mon père chantonnait à voix basse. Ses gestes élégants ressemblaient à un rituel sacré pour rejoindre un autre monde.

Arrivés au centre du lac, nous restions là, bercés par le clapotis de l’eau, et il me parlait d’un endroit où chaque animal, chaque pierre, chaque plante existait dans sa forme parfaite. « Tout ce que tu vois ici n’est que l’ombre de là-bas, une image dans un miroir. » Mais il était impossible d’imaginer un espace plus beau que celui où nous flottions, entre le ciel bleu perle et l’eau plus pâle encore. Mon père ouvrait des bières, moi je ne buvais ni ne mangeais rien, il me semblait que j’étais faite de particules lumineuses, j’aurais pu entrer dans le ciel ou dans l’eau comme dans un nuage, juste en me laissant porter.

Monica Sabolo – Eden – août 2019 (Gallimard)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités